"Cette défaite ne faisait pas partie du scenario", a déclaré le sélectionneur à l'issue du match. "Nous avons débuté la rencontre en mode mineur alors que les Ukrainiens ont directement mis beaucoup d'intensité au service. Nous ne sommes pas restés patients et avons eu des difficultés dans ce match. Il y avait du doute sur nos visages. Personne n'a pris ses responsabilités. La situation s'est empirée dans le 2e set. C'était finalement un miracle d'être à 1-1. C'est rare de remonter un déficit de 7 points dans un set mais nous y sommes parvenus grâce au public", a analysé Brecht Van Kerckhove. "Ensuite, nous pensions que l'équipe était lancée car nous étions supérieurs dans la 3e manche. Mais on a douté une nouvelle fois dans le 4e set et, même quand nous avons eu deux points d'avance dans le tie-break, je n'ai vu à aucun moment une équipe jouer avec conviction." Hendrik Tuerlinckx, performant en phase de groupes, était absent samedi soir à cause d'une douleur au muscle intercostal. "Il n'est pas question d'une fissure mais il avait des difficultés à bouger. On peut évidemment déplorer son absence mais je ne trouve pas ça constructif. Bram Van den Dries est aussi un très bon pointu." Après une belle phase de groupes, ponctuée par 4 victoires en 5 matches dont un succès contre l'Allemagne, vice-championne d'Europe, l'Euro se termine déjà pour la Belgique, qui avait l'opportunité de jouer son quart de finale à domicile. "Nous avons été très bons dans notre poule. Je ne sais pas pourquoi nous avons douté aujourd'hui (samedi, ndlr). C'est une faillite collective. Nous avions assez de qualités, il ne faut pas se voiler la face", a ponctué Van Kerckhove. (Belga)