"Bien entendu j'aurais aimé aller plus vite. À un moment, j'étais devant Verschuren (NDLR: le Néerlandais classé deuxième en 48.32). Il a pu accélérer. Moi pas. Je n'ai pas réussi à hausser mon rythme. Après, finir quatrième, cinquième, sixième... Cela ne change rien", a résumé notre compatriote. "J'ai nagé plus vite qu'hier (48.83 en demies) et je me suis rapproché de mon record personnel (48.70). Tout n'est pas à jeter. Au contraire, j'ai pour le moment décroché le bronze en relais, disputé la finale du 200m libre (cinquième) et celle du 100m libre aujourd'hui (septième). En vue de Rio, c'est positif, je suis convaincu que j'aurai mon mot à dire. Je ne sais pas à quel niveau se trouve le reste des nageurs, nous verrons bien." Samedi, Surgeloose disputera le 50m libre - une distance qu'il ne pratique pas souvent - et le relais 4x200m libre. (Belga)

"Bien entendu j'aurais aimé aller plus vite. À un moment, j'étais devant Verschuren (NDLR: le Néerlandais classé deuxième en 48.32). Il a pu accélérer. Moi pas. Je n'ai pas réussi à hausser mon rythme. Après, finir quatrième, cinquième, sixième... Cela ne change rien", a résumé notre compatriote. "J'ai nagé plus vite qu'hier (48.83 en demies) et je me suis rapproché de mon record personnel (48.70). Tout n'est pas à jeter. Au contraire, j'ai pour le moment décroché le bronze en relais, disputé la finale du 200m libre (cinquième) et celle du 100m libre aujourd'hui (septième). En vue de Rio, c'est positif, je suis convaincu que j'aurai mon mot à dire. Je ne sais pas à quel niveau se trouve le reste des nageurs, nous verrons bien." Samedi, Surgeloose disputera le 50m libre - une distance qu'il ne pratique pas souvent - et le relais 4x200m libre. (Belga)