"On a reçu beaucoup trop de cartes ce qui nous a souvent mis en infériorité numérique", explique l'Anversois. "Cela nous a empêché de trouver un rythme et une structure. Nous savons que les Anglais ont un jeu très physique, mais ce n'est pas la bonne manière de réagir en les imitant. Nous aurions dû nous en sortir en pratiquant un meilleur hockey. Nous devons reste plus calme dans de telles situations. C'est quelque chose à retenir pour l'avenir parce que c'est quelque chose que les autres pays vont essayer: nous contrecarrer avec un jeu très limite au niveau physique et nous déstabiliser en nous provoquant." (Belga)

"On a reçu beaucoup trop de cartes ce qui nous a souvent mis en infériorité numérique", explique l'Anversois. "Cela nous a empêché de trouver un rythme et une structure. Nous savons que les Anglais ont un jeu très physique, mais ce n'est pas la bonne manière de réagir en les imitant. Nous aurions dû nous en sortir en pratiquant un meilleur hockey. Nous devons reste plus calme dans de telles situations. C'est quelque chose à retenir pour l'avenir parce que c'est quelque chose que les autres pays vont essayer: nous contrecarrer avec un jeu très limite au niveau physique et nous déstabiliser en nous provoquant." (Belga)