"Nous avons entamé le tournoi comme outsider et nous avons à présent l'occasion d'aller en quarts de finale", a rappelé Ives Serneels, l'entraîneur des Red Flames pour leur première participation à la phase finale d'un championnat d'Europe. "C'est magnifique d'être là où nous sommes et nous voudrions vraiment bien poursuivre l'aventure. Pour être certain de se qualifier, il faut gagner contre les Pays-Bas, ce serait alors vraiment le point d'orgue de notre Euro". Battue 1 à 0 par le Danemark en ouverture, la Belgique a ajusté quelques dispositions tactiques qui ont surpris les Norvégiennes. Ives Serneels ne devrait cette fois pas apporter beaucoup de changements dans son équipe face aux Néerlandaises. "Les Pays-Bas présentent un autre profil que la Norvège, il y aura dès lors peut-être quelques petits changements, mais nous devons continuer avec ce qui a bien marché. Toutes celles qui ont joué contre la Norvège méritent d'être encore là. Nous allons encore nous entraîner en fonction de l'adversaire et nous verrons comment réagissent les joueuses", a confié encore l'entraîneur des Red Flames dimanche en conférence de presse. Les Pays-Bas ont remporté leurs deux premières rencontres, mais ne sont pour autant pas encore assurées d'une place en quarts de finale. Un match nul leur sera pourtant suffisant contre la Belgique. La Belgique a besoin d'une victoire pour passer, même si un match nul pourrait au bout du compte permettre aux deux équipes de passer le cap, en fonction du résultat entre la Norvège et le Danemark. "Nous n'envisageons pas de négocier", coupe Ives Serneels. "Ce serait évidemment très bien pour le tournoi si les deux pays sont toujours là, mais nous n'en sommes pas encore là. Les Pays-Bas possèdent beaucoup de qualités individuelles, mais si nous parvenons à garder le même rythme que contre la Norvège durant 90 minutes, la partie pourrait bien basculer en notre faveur. Il faudra cependant pour ça que nous soyons à 95% de nos capacités, soit jouer un match pour ainsi dire parfait." Côté néerlandais, Lieke Martens, l'une des joueuses phare, est incertaine. La nouvelle joueuse de Barcelone souffre de la cheville depuis le match contre le Danemark jeudi. La numéro 11 des Pays-bas avait été remplacée à un quart d'heure du terme. Desiree van Lunteren, malade, est, elle aussi, incertaine pour le derby des plats pays. Si un partage suffit aux Néerlandaises pour se qualifier, les Pays-Bas joueront pour gagner. "La Belgique le fera aussi" a assuré Sarina Wiegman, l'entraîneur, dimanche. "La Belgique est un adversaire coriace. Elle joue bien organisée et possède une belle ligne d'attaque. Nous connaissons bien les Belges et nous ne sommes pas surprises par leur parcours. Cela dit, l'on ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elles gagnent contre la Norvège qui a aussi une très bonne équipe." (Belga)

"Nous avons entamé le tournoi comme outsider et nous avons à présent l'occasion d'aller en quarts de finale", a rappelé Ives Serneels, l'entraîneur des Red Flames pour leur première participation à la phase finale d'un championnat d'Europe. "C'est magnifique d'être là où nous sommes et nous voudrions vraiment bien poursuivre l'aventure. Pour être certain de se qualifier, il faut gagner contre les Pays-Bas, ce serait alors vraiment le point d'orgue de notre Euro". Battue 1 à 0 par le Danemark en ouverture, la Belgique a ajusté quelques dispositions tactiques qui ont surpris les Norvégiennes. Ives Serneels ne devrait cette fois pas apporter beaucoup de changements dans son équipe face aux Néerlandaises. "Les Pays-Bas présentent un autre profil que la Norvège, il y aura dès lors peut-être quelques petits changements, mais nous devons continuer avec ce qui a bien marché. Toutes celles qui ont joué contre la Norvège méritent d'être encore là. Nous allons encore nous entraîner en fonction de l'adversaire et nous verrons comment réagissent les joueuses", a confié encore l'entraîneur des Red Flames dimanche en conférence de presse. Les Pays-Bas ont remporté leurs deux premières rencontres, mais ne sont pour autant pas encore assurées d'une place en quarts de finale. Un match nul leur sera pourtant suffisant contre la Belgique. La Belgique a besoin d'une victoire pour passer, même si un match nul pourrait au bout du compte permettre aux deux équipes de passer le cap, en fonction du résultat entre la Norvège et le Danemark. "Nous n'envisageons pas de négocier", coupe Ives Serneels. "Ce serait évidemment très bien pour le tournoi si les deux pays sont toujours là, mais nous n'en sommes pas encore là. Les Pays-Bas possèdent beaucoup de qualités individuelles, mais si nous parvenons à garder le même rythme que contre la Norvège durant 90 minutes, la partie pourrait bien basculer en notre faveur. Il faudra cependant pour ça que nous soyons à 95% de nos capacités, soit jouer un match pour ainsi dire parfait." Côté néerlandais, Lieke Martens, l'une des joueuses phare, est incertaine. La nouvelle joueuse de Barcelone souffre de la cheville depuis le match contre le Danemark jeudi. La numéro 11 des Pays-bas avait été remplacée à un quart d'heure du terme. Desiree van Lunteren, malade, est, elle aussi, incertaine pour le derby des plats pays. Si un partage suffit aux Néerlandaises pour se qualifier, les Pays-Bas joueront pour gagner. "La Belgique le fera aussi" a assuré Sarina Wiegman, l'entraîneur, dimanche. "La Belgique est un adversaire coriace. Elle joue bien organisée et possède une belle ligne d'attaque. Nous connaissons bien les Belges et nous ne sommes pas surprises par leur parcours. Cela dit, l'on ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elles gagnent contre la Norvège qui a aussi une très bonne équipe." (Belga)