La course propose un parcours assez court, 180 kilomètres, mais qui risque d'user les organismes. La première partie, de 73,4 kilomètres, comprend en effet les ascensions de Cadine (5,7 km à près de 5 pour-cent), Vigo Cavedine (5,3 km à 6,2 pour-cent) et Candriai (5,6 km à 7 pour-cent). Le peloton arrivera ensuite sur le circuit final de 14,8 kilomètres à répéter à huit reprises. Avec la montée de Povo (3,6 kilomètres à 4,7 pour-cent) à escalader à chaque fois. Son sommet se trouve à 9 bornes du but. Place ensuite à une descente, plutôt douce, vers le centre de Trente, où trois virages à angle droit dans le dernier kilomètre peuvent encore inspirer les attaquants. La Belgique se présentera avec une équipe solide. Outre Remco Evenepoel, médaillé de bronze du contre-la-montre, la sélection belge s'aligne avec Victor Campenaerts, Stan Dewulf, Philippe Gilbert, Ben Hermans, Dylan Teuns, Harm Vanhoucke et Gianni Vermeersch. Une équipe capable de multiplier les offensives et de peser sur la course. Les regards se tourneront vers l'équipe italienne, qui s'est spécialisée dans cette course en ligne de l'Euro, en témoignent les succès de Matteo Trentin en 2018, d'Elia Viviani en 2019 et de Giacomo Nizzolo en 2020. Seules la première édition, remportée par le Slovaque Peter Sagan, et la suivante, gagnée par le Norvégien Alexander Kristoff, ont échappé aux Azzurri. Nizzolo ne défendra pas son titre, le parcours des Mondiaux lui étant plus favorable. Trentin sera bien là. Et avec lui l'un des favoris de cette épreuve, Sonny Colbrelli. Le récent vainqueur du Tour du Benelux se verrait bien poursuivre la série victorieuse italienne. Lors du Tour du Benelux, le Slovène Matej Mohoric, équipier de Colbrelli chez Bahrain-Victorious, a également affiché une excellente forme. De quoi en faire un outsider, sachant aussi que son équipe nationale peut compter sur Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France et capable de briller dans les courses d'un jour. La France s'appuiera sur Romain Bardet, vainqueur d'étape sur la Vuelta, avec quelques jokers de luxe comme Thibaut Pinot, Benoît Cosnefroy et Warren Barguil. Les Suisses Marc Hirschi et Gino Mäder, le Portugais Joao Almeida, le Néerlandais Bauke Mollema, le Norvégien Odd Christian Eiking ainsi que les anciens champions Sagan et Kristoff figurent parmi les autres prétendants à une médaille. (Belga)

La course propose un parcours assez court, 180 kilomètres, mais qui risque d'user les organismes. La première partie, de 73,4 kilomètres, comprend en effet les ascensions de Cadine (5,7 km à près de 5 pour-cent), Vigo Cavedine (5,3 km à 6,2 pour-cent) et Candriai (5,6 km à 7 pour-cent). Le peloton arrivera ensuite sur le circuit final de 14,8 kilomètres à répéter à huit reprises. Avec la montée de Povo (3,6 kilomètres à 4,7 pour-cent) à escalader à chaque fois. Son sommet se trouve à 9 bornes du but. Place ensuite à une descente, plutôt douce, vers le centre de Trente, où trois virages à angle droit dans le dernier kilomètre peuvent encore inspirer les attaquants. La Belgique se présentera avec une équipe solide. Outre Remco Evenepoel, médaillé de bronze du contre-la-montre, la sélection belge s'aligne avec Victor Campenaerts, Stan Dewulf, Philippe Gilbert, Ben Hermans, Dylan Teuns, Harm Vanhoucke et Gianni Vermeersch. Une équipe capable de multiplier les offensives et de peser sur la course. Les regards se tourneront vers l'équipe italienne, qui s'est spécialisée dans cette course en ligne de l'Euro, en témoignent les succès de Matteo Trentin en 2018, d'Elia Viviani en 2019 et de Giacomo Nizzolo en 2020. Seules la première édition, remportée par le Slovaque Peter Sagan, et la suivante, gagnée par le Norvégien Alexander Kristoff, ont échappé aux Azzurri. Nizzolo ne défendra pas son titre, le parcours des Mondiaux lui étant plus favorable. Trentin sera bien là. Et avec lui l'un des favoris de cette épreuve, Sonny Colbrelli. Le récent vainqueur du Tour du Benelux se verrait bien poursuivre la série victorieuse italienne. Lors du Tour du Benelux, le Slovène Matej Mohoric, équipier de Colbrelli chez Bahrain-Victorious, a également affiché une excellente forme. De quoi en faire un outsider, sachant aussi que son équipe nationale peut compter sur Tadej Pogacar, double vainqueur du Tour de France et capable de briller dans les courses d'un jour. La France s'appuiera sur Romain Bardet, vainqueur d'étape sur la Vuelta, avec quelques jokers de luxe comme Thibaut Pinot, Benoît Cosnefroy et Warren Barguil. Les Suisses Marc Hirschi et Gino Mäder, le Portugais Joao Almeida, le Néerlandais Bauke Mollema, le Norvégien Odd Christian Eiking ainsi que les anciens champions Sagan et Kristoff figurent parmi les autres prétendants à une médaille. (Belga)