Dans le relais mixte, un homme court d'abord 1200 m puis une femme court 1500 m. Ensuite, c'est un homme qui est aligné sur 1500 m et une femme sur 1600 m pour conclure. Les Belges aligneront, dans l'ordre, Ismael Debjani, Elise Vanderelst, Pieter-Jan Hannes et Sofie Van Accom. "Mon dernier grand championnat date de Rio en 2016", déclare Hannes. "J'ai dû fouiller dans ma garde-robe pour encore trouver un survêtement du Team Belgium. Finalement, nous allons faire la même chose que les Belgian Tornados sur la piste, mais sur une plus longue distance et dans un cross", plaisante Hannes. "Nous avons des chances de finir sur la plus haute marche du podium. La Belgique est une des nations les plus fortes sur 1500 m". Selon Pieter-Jan Hannes, les autres favoris sont la France et la Grande-Bretagne. "La France aura les plus grands noms sur papier, mais il ne faut pas sous-estimer les Britanniques. Ils n'ont pas de grand nom, mais décrocher une sélection en Grande-Bretagne signifie déjà que l'on sait courir". (Belga)

Dans le relais mixte, un homme court d'abord 1200 m puis une femme court 1500 m. Ensuite, c'est un homme qui est aligné sur 1500 m et une femme sur 1600 m pour conclure. Les Belges aligneront, dans l'ordre, Ismael Debjani, Elise Vanderelst, Pieter-Jan Hannes et Sofie Van Accom. "Mon dernier grand championnat date de Rio en 2016", déclare Hannes. "J'ai dû fouiller dans ma garde-robe pour encore trouver un survêtement du Team Belgium. Finalement, nous allons faire la même chose que les Belgian Tornados sur la piste, mais sur une plus longue distance et dans un cross", plaisante Hannes. "Nous avons des chances de finir sur la plus haute marche du podium. La Belgique est une des nations les plus fortes sur 1500 m". Selon Pieter-Jan Hannes, les autres favoris sont la France et la Grande-Bretagne. "La France aura les plus grands noms sur papier, mais il ne faut pas sous-estimer les Britanniques. Ils n'ont pas de grand nom, mais décrocher une sélection en Grande-Bretagne signifie déjà que l'on sait courir". (Belga)