"Je n'ai jamais vu mon équipe aussi stressée", a commenté le sélectionneur national. "Personne ne nous attendait en 2017 où nous visions un top 8 et nous revenons de Prague avec une médaille de bronze. Il y a encore eu un extra à la Coupe du monde l'an dernier (4e à Tenerife, ndlr) et les gens attendent encore plus de nous. Ils espèrent que l'on va faire encore mieux et l'on nous place parmi les favoris. Cela ne va pas faire plaisir à certains de l'entendre, mais ce rôle d'outsider dans lequel nous retournons face à la France en quarts va mieux nous convenir j'en suis convaincu. Nous étions très stressés après le match difficile contre les Serbes, nous étions dans une position de "do or die". Une défaite, et c'en était fini des Jeux Olympiques. On a manqué beaucoup de shoots ouverts, le jeu n'était pas fluide, on a douté beaucoup jusqu'à perdre notre énergie dans notre attaque ou dans la transition défensive. Maintenant, nous sommes à un stade de la compétition où le plus important est la victoire. On l'a fait aujourd'hui, cela va nous enlever de la pression, c'est certain. Nous sommes assurés du top 8 et on reste jusqu'au week-end." La Belgique jouera contre la France pour une place en demi-finale contre le vainqueur de Hongrie/Grande-Bretagne jeudi (18h00) à Belgrade. La Belgique doit encore gagner aussi un match pour être assuré du top 6, qualificatif pour les tournois pré-olympiques en vue de Tokyo 2020. Ce serait aussi samedi, contre le battu de Hongrie/Grande-Bretagne. (Belga)