"Ce sont des détails qui ont décidé du match, comme toujours dans ce genre de rencontres. Surtout en fin de match", analysait à chaud Philip Mestdagh. "C'est vrai que je suis fier de mes joueuses et de notre prestation, mais pour l'instant, je n'ai pas besoin de ça, je veux gagner et faire en sorte que les détails tournent en notre faveur. Car maintenant, nous n'avons rien. Nous ne sommes pas en tête du groupe, donc pas encore en quarts de finale, et il faut se remettre à l'ouvrage mardi contre la Slovénie. Il faut éviter aussi de commettre tout le temps les mêmes erreurs. On commence à prendre de l'expérience et pour confirmer notre progression, il faut éviter vraiment de répéter les mêmes erreurs. On a mené 32 minutes je pense, nous étions dominants, mais à la fin les détails n'ont pas été en notre faveur. Ce fut un beau match à voir certainement. On a bien joué et il y a eu une réaction après le match contre la Biélorussie. Je l'avais demandée, elle était là. Mais aujourd'hui, ce ne sont pas seulement les erreurs à la fin qui nous coûtent le match, ce sont plusieurs erreurs avant aussi et ça c'est dommage". (Belga)