"Si l'on perd demain (vendredi), on n'a encore rien en main. Il faut profiter de la victoire aujourd'hui, mais j'ai directement dit aux filles que le match contre la Biélorussie est tout aussi important. C'est pour cela aussi que la victoire avec un écart de 13 points contre la Russie est importante. Je voulais gagner avec un bon average, on ne sait jamais. Cela pourrait être nécessaire pour le classement du groupe après les trois matches. Maintenant, c'est sûr que si l'on gagne contre la Biélorussie, nous serons bien lancés et cela deviendra intéressant." La Biélorussie a cependant de l'expérience (moyenne d'âge 28 ans) avec une présence au championnat d'Europe depuis 2007 sans discontinuer, à deux JO (2008 et 2016) et à deux Coupes du monde (2010 et 2014). Dans le groupe de la Belgique en qualifications pour l'Euro 2017, la sélection biélorusse avait terminé 15e en phase finale à Prague. Grande absente, l'intérieure Yelena Leuchanka, 33 ans, qui devait former avec Anastasia Vereyemenka, un solide duo, est blessée. Vereyemenka (1m92), 31 ans, joueuse de Fenerbahce, c'est cinq phases finale à l'Euro, deux JO et une Coupe du monde, la shooteuse du groupe c'est Katrina Snytsina (1m88), 33 ans, qui aborde sa 7e phase finale européenne de suite (plus deux JO). Maria Papova a transité par Namur et la meneuse est une Américaine naturalisée, Alex Bentley, 28 ans, qui revient tout juste de WNBA et d'Atlanta. La coach est une ancienne joueuse Nataliya Trafimava, arrivée en 2016 juste pour les qualifications pour l'Euro 2017 avec une victoire, à Minsk et une défaite contre la Belgique, à Namur. (Belga)