Face aux Serbes, surmotivées, déjà victorieuses de leurs deux premiers matches dans cette poule compliquée, les Belges ne se sont pas laissé intimider par une ambiance impressionnante menant plus de 30 minutes au total durant la rencontre. Une question de détails aura eu raison de la farouche partie des Belges face à des Serbes qui avaient placé les débats sur le plan physique, à la limite du toléré. Les Belgian Cats ont tenu tête à la furie de Marina Maljkovic et ses filles en début de rencontre pour passer à 15-16 à la dixième avec Emma Meesseman (auteur 21 points et 9 rebonds) qui tenait la maison belge avec 12 unités en première période. Même si elles semblaient impressionnées, les Belges n'ont rien voulu lâcher à l'image d'une tenace Jana Raman en défense. Antonia Delaere se libérait au fil des minutes (8 de ses 12 points en première période) pour autoriser la Belgique à passer devant à la mi-temps avec un viatique de 8 unités. L'écart maximum aura été de 9 points (32-23). Déjà remarquable face à une partie d'un effectif médaillé de bronze aux JO de Rio et champion d'Europe en 2015, la Belgique portait l'écart à dix unités à la reprise par Julie Allemand (4 assists, 5 rebonds, 4 points). Le premier coup de feu serbe ne tardait pas avec Petrovic et Dabovic qui ramenaient à 36-33 en moins de deux minutes. Les Belgian Cats tenaient pourtant toujours tête à la Serbie à la 25e (42-37) et passaient même à 48 à 42 à la demi-heure. Dans une ambiance qui devenait irrespirable, les Belges restaient toujours héroïquement devant (53-46) à 8 minutes du terme sur une bombe notamment ensuite de Kim Mestdagh (15 points). Le second coup de chaleur de la Serbie faisait mal avec un 53-51 d'abord au marquoir une minute plus tard obligeant Philip Mestdagh au temps mort. Un coup de poing de Dabovic mettait ensuite même Emma Meesseman à terre et les Serbes repassaient ensuite devant pour la seconde fois du match seulement, 56-57 à 4 minutes 10. Une bombe primée de Kim Mestdagh changeait une fois encore la donne (60-57), et c'était 62-62 à 2:58 du terme alors que Jana Raman devait sortir pour cinq fautes,... et que la partie ne soit interrompue plusieurs minutes à 64 partout à 66 secondes du terme en raison de fuites d'eau du toit mouillant le parquet. Les derniers instants sont cruciaux. A 66-67 à 11 secondes du terme, une perte de balle belge scellait l'issue de la rencontre que la Serbie ponctuait même d'un panier chanceux on the buzzer de Brooks (16 points) pour faire 66-70. La victoire de la Russie sur la Biélorussie plus tôt dans la soirée, avait éclairci singulièrement la tâche des filles de Philip Mestdagh qui devaient alors l'emporter d'un seul point pour finir en tête du groupe et obtenir un accès direct pour les quarts de finale. Assurées avant la partie de la deuxième place de la poule, les Belgian Cats joueront en barrage mardi à Belgrade contre la Slovénie, troisième du groupe C, battue 75 à 57 par l'Italie pour son dernier match de poule dimanche. Ce sera donc "huitième de finale" contre des Slovènes, 14es du championnat d'Europe en 2017, qui disposent d'une belle génération avec notamment la meneuse Nika Baric, coéquipière d'Emma Meesseman à Ekaterinburg, Teja Oblak, joueuse de l'USK Prague, Eva Lisec ou l'intérieure américaine naturalisée de Villeneuve d'Ascq, Shante Evans. Ce barrage est une étape obligée, une de plus, vers les tournois de qualification olympique réservé aux six premiers de cet Euro. (Belga)