Bien au poste malgré sa blessure à la main, Ana Dabovic aura mis 9 points coôté serbe, mais l'Espagne a mené durant la majorité de la rencontre d'une petite dizaine de points. Elle aura su résister surtout à la grosse pression de la Serbie revenue au contact dans les trois dernières minutes avec notamment Jelena Brooks (17 pts). Silvia Dominguez (10 pts) en première période, Anna Cruz (14 pts) en seconde, Laura Nicholls (10 pts, 10 rebonds) et Astou N'Dour (17 pts) ont porté les Espagnoles en finale. Marta Xargay a rajouté 10 points soulignant un gros collectif de l'Espagne. Les Françaises, tombeuses des Belgian Cats en quarts de finale, avaient écarté de leur côté la Grande-Bretagne 63 à 56 lors de la première demi-finale. L'Espagne, tenante du titre et troisième de la Coupe du monde, figure sur le podium européen depuis 2001 (titrée en 2017 et 2013 - et 1993) sauf une fois (en 2011). Pour Lucas Mondelo, le sélectionneur espagnol depuis 2012, c'est l'occasion d'ajouter une médaille supplémentaire à son palmarès. C'est la quatrième fois d'affilée que la France se qualifie pour la finale. Après trois titres de vice-championnes d'Europe consécutifs et sur le podium de toutes les éditions depuis 2009, les Françaises veulent ajouter un troisième titre à leur palmarès après les sacres de 2001 et 2009. La Serbie, chez elle, rêvait de renouveler l'exploit de 2015, victorieuse de la France en finale, avec son coach Marina Maljkovic, fille du légendaire coach Bozidar Maljkovic, président du Comité olympique serbe. Déjà mythique coach aussi du basket européen, la jeune femme, 37 ans, était revenue à la tête de sa sélection après une impasse en 2017 (et une 9e place seulement à Prague). La Serbie jouera pour la 3e place face à la Grande-Bretagne samedi. La Belgique termine 5e avec en poche un billet pour les tournois pré-olympiques en vue des JO de Tokyo 2020. (Belga)