"Je n'étais jamais arrivé à un grand championnat avec aussi peu de courses dans les jambes", dit Kevin Borlée. "Vu mon meilleur temps de la saison, je ne peux pas espérer grand chose ici mais je sais que je peux aller plus vite". "Je me sens bien et suis assez satisfait de mes dernières courses. Les sensations étaient bonnes, même si je n'ai pas fait de temps de référence", ajoute l'athlète belge de 30 ans, 4e de l'Euro d'Amsterdam il y a deux ans. Pour la première fois, les trois frères Borlée, Kevin, Jonathan et Dylan, seront au départ d'un 400 m individuel dans un grand championat. "C'est déjà un succès en soi vu les blessures", estime Kevin Borlée. "Dans le passé, Dylan a toujours frôlé avec les minima, maintenant il les a réussi", conclut Kevin Borlée, champion d'Europe en 2010 à Barcelone. (Belga)

"Je n'étais jamais arrivé à un grand championnat avec aussi peu de courses dans les jambes", dit Kevin Borlée. "Vu mon meilleur temps de la saison, je ne peux pas espérer grand chose ici mais je sais que je peux aller plus vite". "Je me sens bien et suis assez satisfait de mes dernières courses. Les sensations étaient bonnes, même si je n'ai pas fait de temps de référence", ajoute l'athlète belge de 30 ans, 4e de l'Euro d'Amsterdam il y a deux ans. Pour la première fois, les trois frères Borlée, Kevin, Jonathan et Dylan, seront au départ d'un 400 m individuel dans un grand championat. "C'est déjà un succès en soi vu les blessures", estime Kevin Borlée. "Dans le passé, Dylan a toujours frôlé avec les minima, maintenant il les a réussi", conclut Kevin Borlée, champion d'Europe en 2010 à Barcelone. (Belga)