"J'avais demandé à Dylan de courir un bon premier tour", a expliqué Jacques Borlée. "Jonathan était dans une situation difficile en recevant dans le couloir 3 au passage de témoin. Il a très intelligemment couru pour se positionner à l'extérieur et aller chercher l'Allemand. Jo a fini par un super sprint pour mettre un écart sur les Britanniques. J'avais dit à Jonathan Sacoor qu'à un moment il se retrouverait avec Matthew Hudson-Smith (le Britannique champion d'Europe, ndlr) et le but était de lui rendre la tâche la plus compliquée possible. Et il a fait ça. C'était fantastique à voir. Avec ce "duel", l'Espagne a pris un peu le large, mais ce n'était pas inquiétant. Kevin a montré toute sa science de la course. Il est resté patient pour aller rechercher Hortelano, c'était incroyable." (Belga)

"J'avais demandé à Dylan de courir un bon premier tour", a expliqué Jacques Borlée. "Jonathan était dans une situation difficile en recevant dans le couloir 3 au passage de témoin. Il a très intelligemment couru pour se positionner à l'extérieur et aller chercher l'Allemand. Jo a fini par un super sprint pour mettre un écart sur les Britanniques. J'avais dit à Jonathan Sacoor qu'à un moment il se retrouverait avec Matthew Hudson-Smith (le Britannique champion d'Europe, ndlr) et le but était de lui rendre la tâche la plus compliquée possible. Et il a fait ça. C'était fantastique à voir. Avec ce "duel", l'Espagne a pris un peu le large, mais ce n'était pas inquiétant. Kevin a montré toute sa science de la course. Il est resté patient pour aller rechercher Hortelano, c'était incroyable." (Belga)