"Contre une équipe portugaise très expérimentée et capable de s'adapter, le match va se dessiner après l'ouverture du score. Le Portugal a un groupe phénoménal, une équipe qui sait comment gagner. Elle est performante avec et sans ballon", a analysé l'Espagnol. "Le Portugal est un adversaire qui demande beaucoup de concentration, car il défend très bien et est dangereux en contre attaque. L'équipe regorge de qualités individuelles et si vous perdez le fil conducteur, le match peut vous échapper." Contrairement à l'Euro 2016 et une victoire aisée contre la Hongrie (4-0), les Belges ont hérité directement d'un gros morceau dans la phase éliminatoire. "Nous voulons évidemment remporter chaque match. Jusqu'ici, les joueurs ont été irréprochables à tous les niveaux. Nous voulons surfer sur cette spirale positive." Après une 3e place au Mondial 2018, la Belgique fait logiquement partie des équipes désignées comme l'une des prétendantes à la victoire. "Cette génération amène forcément des attentes et les joueurs y sont habitués car ils vivent ça au quotidien dans leur club. Nous sommes premiers au ranking FIFA donc forcément que nous voulons l'emporter dimanche. Je ressens beaucoup d'excitation, de motivation, de concentration et d'énergie dans le groupe", a détaillé Martinez. Comparé à 2018 et sa défaite aux portes de la finale du Mondial, Martinez estime que son équipe s'est améliorée sur deux aspects en particulier. "Nous avons un groupe plus étoffé, capable de pallier blessures et suspensions. Pour ça, nous avons intégré des jeunes joueurs qui ont apporté de la concurrence. L'objectif est plus qu'atteint, nous possédons un groupe bien plus large que les seuls titulaires. Nous avons aussi passé trois ans de plus ensemble. Cela a rendu l'équipe plus sage, synchronisée et expérimentée. C'est indéniablement un avantage sur la scène internationale." Dimanche, Martinez officiera pour la première fois dans son pays natal. "C'est assez excitant pour moi d'être de retour en Espagne. La famille sera présente et supportera la Belgique avec un accent espagnol", a rigolé Martinez avant d'aborder Kevin De Bruyne. "Je n'ai jamais vu un meneur de jeu doté d'une telle intelligence de jeu." En cas de victoire, la Belgique jouera le 2 juillet à Munich (21h) contre le vainqueur du duel entre l'Italie et l'Autriche. (Belga)

"Contre une équipe portugaise très expérimentée et capable de s'adapter, le match va se dessiner après l'ouverture du score. Le Portugal a un groupe phénoménal, une équipe qui sait comment gagner. Elle est performante avec et sans ballon", a analysé l'Espagnol. "Le Portugal est un adversaire qui demande beaucoup de concentration, car il défend très bien et est dangereux en contre attaque. L'équipe regorge de qualités individuelles et si vous perdez le fil conducteur, le match peut vous échapper." Contrairement à l'Euro 2016 et une victoire aisée contre la Hongrie (4-0), les Belges ont hérité directement d'un gros morceau dans la phase éliminatoire. "Nous voulons évidemment remporter chaque match. Jusqu'ici, les joueurs ont été irréprochables à tous les niveaux. Nous voulons surfer sur cette spirale positive." Après une 3e place au Mondial 2018, la Belgique fait logiquement partie des équipes désignées comme l'une des prétendantes à la victoire. "Cette génération amène forcément des attentes et les joueurs y sont habitués car ils vivent ça au quotidien dans leur club. Nous sommes premiers au ranking FIFA donc forcément que nous voulons l'emporter dimanche. Je ressens beaucoup d'excitation, de motivation, de concentration et d'énergie dans le groupe", a détaillé Martinez. Comparé à 2018 et sa défaite aux portes de la finale du Mondial, Martinez estime que son équipe s'est améliorée sur deux aspects en particulier. "Nous avons un groupe plus étoffé, capable de pallier blessures et suspensions. Pour ça, nous avons intégré des jeunes joueurs qui ont apporté de la concurrence. L'objectif est plus qu'atteint, nous possédons un groupe bien plus large que les seuls titulaires. Nous avons aussi passé trois ans de plus ensemble. Cela a rendu l'équipe plus sage, synchronisée et expérimentée. C'est indéniablement un avantage sur la scène internationale." Dimanche, Martinez officiera pour la première fois dans son pays natal. "C'est assez excitant pour moi d'être de retour en Espagne. La famille sera présente et supportera la Belgique avec un accent espagnol", a rigolé Martinez avant d'aborder Kevin De Bruyne. "Je n'ai jamais vu un meneur de jeu doté d'une telle intelligence de jeu." En cas de victoire, la Belgique jouera le 2 juillet à Munich (21h) contre le vainqueur du duel entre l'Italie et l'Autriche. (Belga)