"On est parmi les meilleurs de l'Euro en termes de possession, mais les Italiens aussi peuvent faire usage du ballon", a expliqué Luis Enrique. "Ce sera la première bataille à gagner. Mais ils savent s'adapter et jouer sans ballon. Nous, notre objectif est clair : on veut le ballon, on veut jouer avec. Si on ne l'a pas, on s'adaptera, mais on évolue bien mieux avec la possession du ballon". L'Espagne a retrouvé les demi-finales d'un grand tournoi après des éliminations en huitièmes de finale lors du Mondial 2018 et de l'Euro 2016 et au premier tour du Mondial 2014. Et ce, avec un effectif renouvelé. "C'est une bonne nouvelle pour les joueurs", a commenté le sélectionneur, qui n'a convoqué aucun joueur du Real Madrid. "Nous ne sommes pas une équipe expérimentée et acquérir cette expérience de la manière dont nous l'avons fait, de manière méritée, est très positif et nous devons l'apprécier. Nous avons l'opportunité de jouer une finale. L'objectif est attrayant et nous devons être à 100 pour-cent." L'Italie sera privée du latéral Leonardo Spinazzola, l'un des meilleurs joueurs du tournoi avec deux prix d'Homme du Match, en raison d'une blessure au tendon d'Achille subie contre la Belgique en quart de finale. "Cela ne va pas influencer quoi que ce soit. Je ne fais pas mes compositions en fonction de mes adversaires. Je m'inquiète des choses que je peux contrôler, ce que nous faisons sur le terrain. Je voudrais que tout le monde soit là, même Spinazzola. Plus l'adversaire a de joueurs et meilleurs il est, mieux c'est pour le football." Concernant son équipe, Luis Enrique précise que "tous les joueurs sont en forme, sont en forme, sauf Pablo Sarabia. Physiquement l'équipe va bien. La fatigue se termine 45 minutes après le quart de finale." (Belga)

"On est parmi les meilleurs de l'Euro en termes de possession, mais les Italiens aussi peuvent faire usage du ballon", a expliqué Luis Enrique. "Ce sera la première bataille à gagner. Mais ils savent s'adapter et jouer sans ballon. Nous, notre objectif est clair : on veut le ballon, on veut jouer avec. Si on ne l'a pas, on s'adaptera, mais on évolue bien mieux avec la possession du ballon". L'Espagne a retrouvé les demi-finales d'un grand tournoi après des éliminations en huitièmes de finale lors du Mondial 2018 et de l'Euro 2016 et au premier tour du Mondial 2014. Et ce, avec un effectif renouvelé. "C'est une bonne nouvelle pour les joueurs", a commenté le sélectionneur, qui n'a convoqué aucun joueur du Real Madrid. "Nous ne sommes pas une équipe expérimentée et acquérir cette expérience de la manière dont nous l'avons fait, de manière méritée, est très positif et nous devons l'apprécier. Nous avons l'opportunité de jouer une finale. L'objectif est attrayant et nous devons être à 100 pour-cent." L'Italie sera privée du latéral Leonardo Spinazzola, l'un des meilleurs joueurs du tournoi avec deux prix d'Homme du Match, en raison d'une blessure au tendon d'Achille subie contre la Belgique en quart de finale. "Cela ne va pas influencer quoi que ce soit. Je ne fais pas mes compositions en fonction de mes adversaires. Je m'inquiète des choses que je peux contrôler, ce que nous faisons sur le terrain. Je voudrais que tout le monde soit là, même Spinazzola. Plus l'adversaire a de joueurs et meilleurs il est, mieux c'est pour le football." Concernant son équipe, Luis Enrique précise que "tous les joueurs sont en forme, sont en forme, sauf Pablo Sarabia. Physiquement l'équipe va bien. La fatigue se termine 45 minutes après le quart de finale." (Belga)