"Bravo à la République tchèque", a entamé Hjulmand en conférence de presse. "Nous avons très bien commencé le match, avec un peu plus de difficultés en seconde période. La République tchèque s'est bien battue, c'était un grand match, comme attendu et comme redouté. Nous avons eu des espaces, mais nous n'avons pas réussi nos passes longues, j'ai espéré que nous marquions le troisième, nous avons eu des occasions. Ils nous ont beaucoup pressés, des fois il faut savoir gagner un match de cette façon. Je suis très fier que nous soyons en demi-finale de l'Euro". Depuis l'accident d'Eriksen, les joueurs danois sont perçus comme "chouchous" du public dans le monde entier. "Oui, je le ressens vraiment", a confié Hjulmand. "Je pense que le monde a vu ce qui s'est passé juste après et les jours suivants. Les valeurs fondamentales du football ont ressurgi pendant ces minutes juste après. Nous nous rappelons pourquoi nous jouons au football. Je pense encore à Christian tous les jours, nous sommes heureux qu'il ait survécu. Je crois que nous avons tous compris ce qu'est le foot, à la base, et si nous sommes un peu le symbole de cela, je ne pourrais pas être plus heureux. C'est comme ça qu'il faut agir. Je me dis toujours combien ce serait fantastique de le voir jouer. Il fait toujours partie de l'équipe. Cette équipe, nous ne l'avons pas bâtie en un jour. Je lui envoie mes félicitations, il est une grande part de ce résultat." (Belga)

"Bravo à la République tchèque", a entamé Hjulmand en conférence de presse. "Nous avons très bien commencé le match, avec un peu plus de difficultés en seconde période. La République tchèque s'est bien battue, c'était un grand match, comme attendu et comme redouté. Nous avons eu des espaces, mais nous n'avons pas réussi nos passes longues, j'ai espéré que nous marquions le troisième, nous avons eu des occasions. Ils nous ont beaucoup pressés, des fois il faut savoir gagner un match de cette façon. Je suis très fier que nous soyons en demi-finale de l'Euro". Depuis l'accident d'Eriksen, les joueurs danois sont perçus comme "chouchous" du public dans le monde entier. "Oui, je le ressens vraiment", a confié Hjulmand. "Je pense que le monde a vu ce qui s'est passé juste après et les jours suivants. Les valeurs fondamentales du football ont ressurgi pendant ces minutes juste après. Nous nous rappelons pourquoi nous jouons au football. Je pense encore à Christian tous les jours, nous sommes heureux qu'il ait survécu. Je crois que nous avons tous compris ce qu'est le foot, à la base, et si nous sommes un peu le symbole de cela, je ne pourrais pas être plus heureux. C'est comme ça qu'il faut agir. Je me dis toujours combien ce serait fantastique de le voir jouer. Il fait toujours partie de l'équipe. Cette équipe, nous ne l'avons pas bâtie en un jour. Je lui envoie mes félicitations, il est une grande part de ce résultat." (Belga)