Triple championne d'Europe (1964, 2008 et 2012), l'Espagne n'a pas connu la meilleure des préparations pour ce rendez-vous continental. Touchée par le Covid-19 après le test positif de Sergio Busquets, la 'Roja' avait dû se mettre rapidement en quarantaine. Les autres joueurs ayant été testés négatifs, les entraînements ont pu rependre mais avec des mesures sanitaires renforcées. Pour pallier à un éventuel foyer de coronavirus, Luis Enrique, le sélectionneur espagnol, avait rappelé six réservistes et onze joueurs de l'équipe U21. "Ce n'est pas une situation agréable mais on a déjà vécu bien pire. Le fait de ne pas s'entraîner dans des conditions idéales ne doit pas servir d'excuse", avait précisé Enrique jeudi. C'est finalement sans Sergio Busquets, toujours à l'isolement, que l'Espagne affrontera la Suède à Séville (21h00). Une équipe suédoise qui n'a pas non plus été épargnée par le coronavirus durant la préparation avec les cas positifs de Dejan Kulusevski et Mattias Svanberg. Plus tôt lundi, le premier match du groupe E mettra aux prises la Pologne à la Slovaquie. Quart de finalistes en 2016, les Polonais pourraient déjà faire une bonne affaire pour les 8es de finale en cas de victoire. En face, la Slovaquie, qui dispute son deuxième Euro consécutif, aura à coeur de regoûter aux joies des 8es de finale comme ce fut le cas en 2016 et une défaite 3-0 contre l'Allemagne. En début d'après-midi, l'Écosse retrouvera elle l'atmosphère des grands tournois. Absente d'une grande compétition depuis le Mondial 1998 en France, la 'Tartan Army' aura la chance de jouer devant 12.000 personnes à Glasgow contre la Tchéquie. "Je pense que le pays tout entier est derrière cette équipe - et j'espère que nous le ressentirons", a déclaré le capitaine écossais Andy Robertson. Pour ce deuxième match de la première journée du groupe D, les Tchèques seront eux privés de leur gardien Jiri Pavlenka qui a dû déclarer forfait pour l'Euro à cause d'une blessure au dos. Dans un groupe mené par l'Angleterre et la Croatie, le vainqueur de ce duel entre Ecossais et Tchèques pourrait déjà faire une belle opération en vue des 8es de finale. (Belga)

Triple championne d'Europe (1964, 2008 et 2012), l'Espagne n'a pas connu la meilleure des préparations pour ce rendez-vous continental. Touchée par le Covid-19 après le test positif de Sergio Busquets, la 'Roja' avait dû se mettre rapidement en quarantaine. Les autres joueurs ayant été testés négatifs, les entraînements ont pu rependre mais avec des mesures sanitaires renforcées. Pour pallier à un éventuel foyer de coronavirus, Luis Enrique, le sélectionneur espagnol, avait rappelé six réservistes et onze joueurs de l'équipe U21. "Ce n'est pas une situation agréable mais on a déjà vécu bien pire. Le fait de ne pas s'entraîner dans des conditions idéales ne doit pas servir d'excuse", avait précisé Enrique jeudi. C'est finalement sans Sergio Busquets, toujours à l'isolement, que l'Espagne affrontera la Suède à Séville (21h00). Une équipe suédoise qui n'a pas non plus été épargnée par le coronavirus durant la préparation avec les cas positifs de Dejan Kulusevski et Mattias Svanberg. Plus tôt lundi, le premier match du groupe E mettra aux prises la Pologne à la Slovaquie. Quart de finalistes en 2016, les Polonais pourraient déjà faire une bonne affaire pour les 8es de finale en cas de victoire. En face, la Slovaquie, qui dispute son deuxième Euro consécutif, aura à coeur de regoûter aux joies des 8es de finale comme ce fut le cas en 2016 et une défaite 3-0 contre l'Allemagne. En début d'après-midi, l'Écosse retrouvera elle l'atmosphère des grands tournois. Absente d'une grande compétition depuis le Mondial 1998 en France, la 'Tartan Army' aura la chance de jouer devant 12.000 personnes à Glasgow contre la Tchéquie. "Je pense que le pays tout entier est derrière cette équipe - et j'espère que nous le ressentirons", a déclaré le capitaine écossais Andy Robertson. Pour ce deuxième match de la première journée du groupe D, les Tchèques seront eux privés de leur gardien Jiri Pavlenka qui a dû déclarer forfait pour l'Euro à cause d'une blessure au dos. Dans un groupe mené par l'Angleterre et la Croatie, le vainqueur de ce duel entre Ecossais et Tchèques pourrait déjà faire une belle opération en vue des 8es de finale. (Belga)