"Un succès mérité de l'Espagne, pas seulement au vu de la première mi-temps, mais aussi sur l'ensemble de la partie", a reconnu Judith Vandermeiren. "Les Espagnoles ont été particulièrement agressives en première période. On a eu beaucoup de difficultés à sortir de défense, alors qu'en même temps nos lignes offensives ne sont pas parvenues à les mettre sous pression. Elles se sont montrées meilleures à tous niveaux, mais comme le marquoir indiquait toujours 0-0 au repos, rien n'était perdu. A partir du moment où l'on a encaissé, notre mental en a pris un coup. Même si l'on a réussi à mieux rentrer dans la partie, on n'est pas parvenu à inverser la tendance." Même en jouant à onze joueuses de champ sans gardienne, les Panthers n'ont pas réussi à inquiéter la défense espagnole en fin de match. "Lorsque l'on sort Aisling à cinq minutes du terme, l'on sait qu'il fallait jouer par les ailes, mais nous nous sommes enfermées dans l'axe en dribblant de manière trop individuelle. Etait-ce du stress ou de la fatigue, je ne sais pas mais on n'a pas suivi le plan établi. Il faudra en parler en équipe parce que d'ici quelques semaines il y aura le qualificatif pour les Jeux de Tokyo et si une telle situation devait se représenter il faudra trouver une solution et ne pas baisser la tête", a souligné la défenseuse centrale des Red Panthers. . (Belga)