"Déjà en préparation, on se disait qu'il fallait y croire et qu'un jour on allait les battre, ou du moins qu'un jour on prendrait des points. A la mi-temps, on est remonté sur le terrain en se disant que c'était aujourd'hui." La décision de Ballenghien de réclamer l'arbitrage vidéo accordant le 3e pc belge sur lequel Michelle Struijk a égalisé, a valu son pesant d'or. "Je vois un back-stick dans le cercle adverse. Si tu vois une faute, autant y aller. On a jamais mille occasions contre les Pays-Bas, il faut donc prendre la moindre qui se présente. Contre la Russie lundi ce sera fort différent. On va devoir faire le jeu et surtout être patientes. On a vu les Espagnoles mises en difficulté contre elles, s'imposant seulement 1-0 dans les dernières minutes. On ne va pas les prendre à la légère. Ce n'est pas parce qu'on a réussi le nul contre les Néerlandaises que l'on va battre la Russie 5-0. On va se préparer de la même manière, que ce soit contre la Russie ou contre l'Espagne." (Belga)