Assurée de la qualification, mais pas de terminer en tête de la poule au coup d'envoi du match, l'équipe de France était sensiblement remaniée par rapport au précédent duel contre l'Albanie. Didier Deschamps avait en effet titularisé les attaquants André-Pierre Gignac et Kingsley Coman et les milieux Yohan Cabaye et Moussa Sissoko. Ce qui lui permettait de préserver Olivier Giroud et N'Golo Kanté, les deux joueurs français sous la menace d'une suspension en cas d'avertissement. Mais aussi de faire souffler Dimitri Payet et, surtout, Blaise Matuidi, peu à son avantage depuis le début de l'Euro, afin de décaler Paul Pogba sur le flanc gauche de la ligne médiane, son poste de prédilection. Il allait d'ailleurs d'emblée se montrer très entreprenant et soumettre Yann Sommer à un véritable bombardement en règle. Le gardien suisse du Borussia Mönchengladbach repoussa ainsi sur la barre un tir du droit (12e) avant de se détendre sur une demi-volée du gauche (13e) et d'être sauvé par son cadre (17e), heureusement solide, sur une puissante grappe du gauche. Kingsley Coman ne ménageait pas ses efforts non plus mais les Suisses, avec 53 % de possession de balle, réussissaient dans l'ensemble assez bien à contenir la vague bleue, et même par séquences à carrément contrôler le jeu. Pas de changement à la reprise mais c'est toujours la Suisse qui contrôle, même si Gignac est le premier à tirer, trop faiblement (53e). Griezmann se montra meilleur artilleur mais Sommer détourna (57e) le nouveau ballon, celui du match ayant entre-temps été crevé par Valon Behrami qui avait marché dessus. L'entrée au jeu très attendue de Dimitri Payet - un ancien lillois ! - arriva enfin à la 63e. IL ne lui fallut même pas un quart d'heure pour réussir une sensationnelle volée sur un centre de Sissoko. La barre transversale sauva une nouvelle fois Sommer (76e). Il retenta sa chance des 20 mètres 4 minutes plus tard, frôlant cette fois l'objectif. Cette première place offre aux Français une semaine de préparation au prochain match face à l'un des quatre meilleurs troisièmes, le 26 juin à Lyon ! (Belga)

Assurée de la qualification, mais pas de terminer en tête de la poule au coup d'envoi du match, l'équipe de France était sensiblement remaniée par rapport au précédent duel contre l'Albanie. Didier Deschamps avait en effet titularisé les attaquants André-Pierre Gignac et Kingsley Coman et les milieux Yohan Cabaye et Moussa Sissoko. Ce qui lui permettait de préserver Olivier Giroud et N'Golo Kanté, les deux joueurs français sous la menace d'une suspension en cas d'avertissement. Mais aussi de faire souffler Dimitri Payet et, surtout, Blaise Matuidi, peu à son avantage depuis le début de l'Euro, afin de décaler Paul Pogba sur le flanc gauche de la ligne médiane, son poste de prédilection. Il allait d'ailleurs d'emblée se montrer très entreprenant et soumettre Yann Sommer à un véritable bombardement en règle. Le gardien suisse du Borussia Mönchengladbach repoussa ainsi sur la barre un tir du droit (12e) avant de se détendre sur une demi-volée du gauche (13e) et d'être sauvé par son cadre (17e), heureusement solide, sur une puissante grappe du gauche. Kingsley Coman ne ménageait pas ses efforts non plus mais les Suisses, avec 53 % de possession de balle, réussissaient dans l'ensemble assez bien à contenir la vague bleue, et même par séquences à carrément contrôler le jeu. Pas de changement à la reprise mais c'est toujours la Suisse qui contrôle, même si Gignac est le premier à tirer, trop faiblement (53e). Griezmann se montra meilleur artilleur mais Sommer détourna (57e) le nouveau ballon, celui du match ayant entre-temps été crevé par Valon Behrami qui avait marché dessus. L'entrée au jeu très attendue de Dimitri Payet - un ancien lillois ! - arriva enfin à la 63e. IL ne lui fallut même pas un quart d'heure pour réussir une sensationnelle volée sur un centre de Sissoko. La barre transversale sauva une nouvelle fois Sommer (76e). Il retenta sa chance des 20 mètres 4 minutes plus tard, frôlant cette fois l'objectif. Cette première place offre aux Français une semaine de préparation au prochain match face à l'un des quatre meilleurs troisièmes, le 26 juin à Lyon ! (Belga)