Les calculs se basent sur les résultats passés de l'équipe ainsi que le nombre de buts marqués et encaissés récemment. Ils intègrent aussi l'avantage pour l'équipe qui joue à domicile ainsi que les performances de l'équipe lors des Euros par rapport aux autres compétitions. L'Allemagne est mieux placée statistiquement mais "la France est légèrement favorisée parce qu'elle a l'avantage de jouer à domicile", indique Goldman Sachs, dans une note cosignée par Jan Hatzius, l'économiste en chef de l'établissement. Les analystes, qui confessent ne pas être des "experts" du football, estiment que leur approche statistique est solide même si elle a ses inconvénients (elle ignore ainsi la performance individuelle des joueurs). Goldman Sachs avait déjà utilisé le même modèle pour la Coupe du monde 2014. Elle avait donné alors une forte probabilité de 48% pour une victoire du Brésil, finalement écrasé en demi-finale par l'Allemagne qui a ensuite remporté le trophée. (Belga)

Les calculs se basent sur les résultats passés de l'équipe ainsi que le nombre de buts marqués et encaissés récemment. Ils intègrent aussi l'avantage pour l'équipe qui joue à domicile ainsi que les performances de l'équipe lors des Euros par rapport aux autres compétitions. L'Allemagne est mieux placée statistiquement mais "la France est légèrement favorisée parce qu'elle a l'avantage de jouer à domicile", indique Goldman Sachs, dans une note cosignée par Jan Hatzius, l'économiste en chef de l'établissement. Les analystes, qui confessent ne pas être des "experts" du football, estiment que leur approche statistique est solide même si elle a ses inconvénients (elle ignore ainsi la performance individuelle des joueurs). Goldman Sachs avait déjà utilisé le même modèle pour la Coupe du monde 2014. Elle avait donné alors une forte probabilité de 48% pour une victoire du Brésil, finalement écrasé en demi-finale par l'Allemagne qui a ensuite remporté le trophée. (Belga)