Pour la troisième fois en autant d'années, Eupen a l'occasion de rejoindre la D1. Il a même son sort entre les mains puisque, en cas de victoire à l'Antwerp, c'est à lui que reviendrait cet honneur. Inversement, l'Antwerp montera s'il l'emporte. En cas de nul, enfin, les deux clubs pourraient être coiffés par le White Star, à condition que celui-ci batte le Patro Maasmechelen. Mais si les Bruxellois ne s'imposaient pas non plus, Eupen serait sacré champion à la différence de buts.

" C'est une véritable finale ", s'exclame Christoph Henkel, le directeur du club eupenois et représentant de la direction d'Aspire. " Si nous la perdons, nous n'aurons pas d'autre choix que de remettre l'ouvrage sur le métier. Nous l'avons d'ailleurs déjà fait. "

Henkel ne fait pas seulement référence aux deux années précédentes mais aussi à la situation du mois de février lorsque, juste après le mercato, Eupen prit quatre points sur vingt-et-un. A ce moment-là, même le top 8 et le maintien en D2 paraissaient en danger. Une situation qu'il attribue diplomatiquement aux matches internationaux mais le club a su réagir en écartant deux Espagnols et plusieurs jeunes Qataris.

Parce que la D1 est désormais un must? " Non, parce que nous cherchons encore le bon équilibre pour le développement de nos talents. Nous avons estimé qu'il fallait faire quelque chose au niveau de l'état d'esprit. Mais nous conservons notre ligne de conduite. Nous avons par exemple gardé le coach, alors qu'il était très critiqué. "

Henkel reconnaît cependant que la D1 est un objectif important. " A la fois pour l'éclosion des talents et pour la région. Mais cette saison était très compliquée en raison de la réforme. L'année prochaine, tout redeviendra normal. "

Et les Qataris seront toujours à Eupen, où ils continuent à investir. Dans les infrastructures, notamment. Même si Henkel reste très discret à ce sujet, le club compte désormais plus de cent employés et son budget est de 11 millions d'euros. " Le budget va un peu augmenter l'an prochain car nous aurons davantage de moyens, notamment des droits de télévision ", consent-il à dire, refusant par contre de confirmer l'échéance du contrat avec la ville en 2022. " C'est un contrat à durée indéterminée ", dit-il.

Par Patrice Sintzen

Pour la troisième fois en autant d'années, Eupen a l'occasion de rejoindre la D1. Il a même son sort entre les mains puisque, en cas de victoire à l'Antwerp, c'est à lui que reviendrait cet honneur. Inversement, l'Antwerp montera s'il l'emporte. En cas de nul, enfin, les deux clubs pourraient être coiffés par le White Star, à condition que celui-ci batte le Patro Maasmechelen. Mais si les Bruxellois ne s'imposaient pas non plus, Eupen serait sacré champion à la différence de buts." C'est une véritable finale ", s'exclame Christoph Henkel, le directeur du club eupenois et représentant de la direction d'Aspire. " Si nous la perdons, nous n'aurons pas d'autre choix que de remettre l'ouvrage sur le métier. Nous l'avons d'ailleurs déjà fait. "Henkel ne fait pas seulement référence aux deux années précédentes mais aussi à la situation du mois de février lorsque, juste après le mercato, Eupen prit quatre points sur vingt-et-un. A ce moment-là, même le top 8 et le maintien en D2 paraissaient en danger. Une situation qu'il attribue diplomatiquement aux matches internationaux mais le club a su réagir en écartant deux Espagnols et plusieurs jeunes Qataris.Parce que la D1 est désormais un must? " Non, parce que nous cherchons encore le bon équilibre pour le développement de nos talents. Nous avons estimé qu'il fallait faire quelque chose au niveau de l'état d'esprit. Mais nous conservons notre ligne de conduite. Nous avons par exemple gardé le coach, alors qu'il était très critiqué. "Henkel reconnaît cependant que la D1 est un objectif important. " A la fois pour l'éclosion des talents et pour la région. Mais cette saison était très compliquée en raison de la réforme. L'année prochaine, tout redeviendra normal. "Et les Qataris seront toujours à Eupen, où ils continuent à investir. Dans les infrastructures, notamment. Même si Henkel reste très discret à ce sujet, le club compte désormais plus de cent employés et son budget est de 11 millions d'euros. " Le budget va un peu augmenter l'an prochain car nous aurons davantage de moyens, notamment des droits de télévision ", consent-il à dire, refusant par contre de confirmer l'échéance du contrat avec la ville en 2022. " C'est un contrat à durée indéterminée ", dit-il.Par Patrice Sintzen