La Kenyane Jemima Sumgong, qui avait remporté la médaille d'or, est pour sa part déjà suspendue pour huit ans pour les mêmes raisons, mais aussi pour entrave à l'enquête et fourniture de faux documents. Elle reste cependant chammpionne olympique, son contrôle positif étant ultérieur aux Jeux. On ignore encore dans quelles circonstances Kirwa a été contrôlée. La suspension est provisoire, dans l'attente des résultats de l'analyse de l'échantillon B. La médaille de bronze à Rio était revenue à l'Ethiopienne Mare Dibaba. Kirwa s'était classée troisième aux Mondiaux de Pékin l'année précédente. Ruth Jebet, une compatriote de Kirwa, médaille d'or du 3.000 mètres steeple, a elle aussi été convaincue de dopage en février 2018, et est également suspendue. Il y un mois le Kenyan Abraham Kiptum, détenteur du record du monde du semi-marathon, avait été suspendu, pour irrégularités de son passeport biologique. Son entraîneur, Joshua Kemei, est le mari d'Eunice Kirwa. L'AIU a également annoncé mardi la suspension de l'Indien Gomathi Marimuthu. Le vainqueur du 800 mètres aux championnats d'Asie en avril de cette année, a été pris pour usage de Norandrosterone. (Belga)