Abdullah Al Tani avait recruté l'ancien capitaine espagnol Fernando Hierro comme directeur sportif. Celui-ci avait attiré au club des grands noms comme Santi Cazorla, Jeremy Toulalan et Ruud Van Nistelrooy et le coach chilien Manuel Pellegrini.

Mais ces ambitions semblent s'éloigner, alors que le club est au bord de la faillite, Abdullah Al Tani semblant préférer retirer ses billes qu'injecter des fonds. Cette histoire n'est qu'un exemple parmi d'autres des déboires du foot espagnol avec des propriétaires étrangers.

Le projet de Malaga semblait pourtant différent. L'équipe de Pellegrini a terminée quatrième de La Liga et s'est donc qualifiée pour le 4e tour préliminaire de la Ligue des Champions. Mais le milliardaire qatari a paru perdre son intérêt il y a quelques mois, comme s'il s'était soudain rendu compte des montants qu'il allait devoir encore injecter pour faire de Malaga un club de l'élite européenne.

Ce jeudi, le quotidien sportif AS affirme que Al Tani avait "invité" Manuel Pellegrini et ses joueurs à chercher un nouveau club. Le journal Marca, quant à lui, a suggéré que Al Tani souhaitait désespérément vendre le club, même à un prix cassé.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Abdullah Al Tani avait recruté l'ancien capitaine espagnol Fernando Hierro comme directeur sportif. Celui-ci avait attiré au club des grands noms comme Santi Cazorla, Jeremy Toulalan et Ruud Van Nistelrooy et le coach chilien Manuel Pellegrini. Mais ces ambitions semblent s'éloigner, alors que le club est au bord de la faillite, Abdullah Al Tani semblant préférer retirer ses billes qu'injecter des fonds. Cette histoire n'est qu'un exemple parmi d'autres des déboires du foot espagnol avec des propriétaires étrangers. Le projet de Malaga semblait pourtant différent. L'équipe de Pellegrini a terminée quatrième de La Liga et s'est donc qualifiée pour le 4e tour préliminaire de la Ligue des Champions. Mais le milliardaire qatari a paru perdre son intérêt il y a quelques mois, comme s'il s'était soudain rendu compte des montants qu'il allait devoir encore injecter pour faire de Malaga un club de l'élite européenne. Ce jeudi, le quotidien sportif AS affirme que Al Tani avait "invité" Manuel Pellegrini et ses joueurs à chercher un nouveau club. Le journal Marca, quant à lui, a suggéré que Al Tani souhaitait désespérément vendre le club, même à un prix cassé. Sportfootmagazine.be, avec Belga