Le CEO du club limbourgeois Erik Gerits, qui n'a pas longtemps eu l'occasion de célébrer le sacre, s'en réjouit. Son principal souhait - exaucé - était en effet de "recevoir", lors de la première journée. "Après avoir rangé tous les accessoires de la fête, il a d'abord fallu tenter, mais sans succès, de conserver notre entraîneur Philippe Clement", a-t-il ainsi rappelé lundi après-midi à Tubize, où étaient divulgués les calendriers des deux championnats professionnels (D1A et D1B). Heureusement on a réussi à mettre la main sur Felice Mazzu, également un très gros calibre. Au niveau du recrutement il reste encore pas mal de choses à faire d'ici le 31 août, mais on y arrivera. Quant à la préparation, elle a déjà bien commencé..." Gerits ne s'en est pas caché, il était important pour Genk d'entamer la longue défense de son titre à domicile. Le premier objectif sera d'atteindre le playoff 1 de manière aussi confortable que possible. "On ne parle pas encore d'être champion, mais bien d'être le mieux placé possible à l'entame de la phase finale, histoire de se donner les meilleures chances de participer à la lutte pour le titre", a-t-il dit. "Sans oublier la Coupe de Belgique, qui nous a souvent bien réussi par le passé, ni la Ligue des Champions, mais cela c'est une autre paire de manches. Dans l'attente sereine du tirage au sort des poules, on est déjà très content d'échapper à la phase des tours préliminaires. Le but c'est de commencer par battre un gros, et pourquoi pas ensuite un deuxième", a encore dit Gerits sur le ton de la plaisanterie. "Mais ce n'est pas la peine de nous expliquer que ce ne sera pas facile, on le sait". Enfin le CEO de Genk a regretté cette "sale histoire de match arrangé, qui oblige le staff technique a visionner deux adversaires supplémentaires, qu'il ne faudra finalement pas affronter. "Mais bon, c'est le lot de toute le monde, et cela ne facilite la vie de personne", a-t-il conclu. (Belga)