Ruslan Malinovski à propos...

...de son rêve de disputer la Champions League : "Chez nous, à Zjytomyr, à 140 km à l'ouest de Kiev, je regardais les matches à la télévision avec mon frère aîné et je rêvais déjà de disputer la Ligue des Champions. Cet hymne me remplit d'énergie. Arsenal était mon équipe favorite et Thierry Henry, mon idole. Pourtant, mes parents n'aimaient pas le football. Ils travaillaient tous deux dans le monde de la musique. Mon père jouait de l'accordéon et ma mère chantait. Mon frère, qui a huit ans de plus que moi, jouait au football. Je prenais exemple sur lui."

...de sa formation au Shakhtar : "Dans ma ville, à l'entraînement, on lançait un ballon sur le terrain et il fallait se débrouiller avec ça. A Donetsk, nous avions tout : salle de fitness, sauna, piscine, ordinateurs, terrains en herbe, terrains synthétiques indoor et outdoor. Nous étions deux par chambre et nous mangions trois fois par jour. Nous fréquentions une école normale mais certains cours étaient réservés aux joueurs. Lorsque nous avions du temps libre, nous avions l'autorisation d'aller en ville, au cinéma, au bowling ou de passer du temps avec les copains. Nous devions rentrer pour sept, huit ou neuf heures du soir et être au lit à onze heures. C'était une très belle époque. Je m'entraînais avec les meilleurs joueurs du pays et nous disputions des tournois à l'étranger. Nous vivions ensemble, jouions ensemble et allions à l'école ensemble. Nous étions toujours ensemble. J'avais des amis, de bons entraînements, de bons repas et de bons équipements."

...de son alimentation : "Je peux avant tout compter sur ma femme, qui me soutient, m'aide et me conseille en toutes circonstances. Elle me dit toujours de rester calme sur le terrain, de ne pas réagir (il rit). Parfois, à la maison, je fais du yoga avec elle. Elle veille aussi beaucoup à mon alimentations. Depuis que je ne bois plus de lait, que je mange plus de poisson et que je ne mange plus que très rarement de la viande rouge, je me sens mieux. J'ai perdu un kilo et demi au cours des derniers mois."

Par Christian Vandenabeele

Retrouvez l'intégralité de l'entretien avec Ruslan Malinovski dans votre Sport/Foot Magazine