"Personne dans l'échappée initiale ne constituait un danger au général, on les a laissés partir. Nous avons pris nos responsabilités en restant en tête du peloton, mais nous n'avons pas vraiment chassé", a expliqué Dennis. "Les fuyards pouvaient lutter pour le secondes de bonification lors du 'kilomètre en or'. C'était une bonne opération pour nous car Peter Sagan ou un autre concurrent n'ont ainsi pu rafler la moindre seconde." Dennis entamera la dernière étape, en direction de Grammont, en tête du général. "Ce sera une étape très dure, avec beaucoup de montées et de zone pavées. Je peux m'appuyer sur une équipe solide. Mais le temps pourrait changer, on attend de la pluie. Ce n'est pas agréable de rouler sur les pavés s'il pleut. Beaucoup dépendra de la chance, si elle est de notre côté ou pas. Sur des routes humides, tu peux t'attendre à des contretemps. Je veux gagner cet Eneco Tour. Demain, ce sera tout ou rien." (Belga)

"Personne dans l'échappée initiale ne constituait un danger au général, on les a laissés partir. Nous avons pris nos responsabilités en restant en tête du peloton, mais nous n'avons pas vraiment chassé", a expliqué Dennis. "Les fuyards pouvaient lutter pour le secondes de bonification lors du 'kilomètre en or'. C'était une bonne opération pour nous car Peter Sagan ou un autre concurrent n'ont ainsi pu rafler la moindre seconde." Dennis entamera la dernière étape, en direction de Grammont, en tête du général. "Ce sera une étape très dure, avec beaucoup de montées et de zone pavées. Je peux m'appuyer sur une équipe solide. Mais le temps pourrait changer, on attend de la pluie. Ce n'est pas agréable de rouler sur les pavés s'il pleut. Beaucoup dépendra de la chance, si elle est de notre côté ou pas. Sur des routes humides, tu peux t'attendre à des contretemps. Je veux gagner cet Eneco Tour. Demain, ce sera tout ou rien." (Belga)