Quel souvenir pensez-vous avoir laissé à Charleroi ?

Aucune idée. Je me suis déjà posé la question. Je ne sais pas comment les supporters ont vu mon départ. Sans doute que certains m'ont pris pour un lâcheur et que d'autres ont dû comprendre mon point de vue. Moi, je sais que j'ai tout donné quand j'étais à Charleroi, même si je me suis senti très seul.

Que pensez-vous du Charleroi de cette saison ?

Je m'attendais à un peu plus. Ils ont eu une préparation normale, avec des joueurs qui ont une année d'expérience de D1 derrière eux. Je les voyais dans la colonne de gauche. Mais, au niveau du jeu, ils ont proposé une bonne organisation et ont ennuyé les grosses équipes. Contre les plus petites équipes, je retrouvais ce que je voyais déjà l'année passée, à savoir ce manque de culture de la gagne. On vient de faire 6 sur 6, pourquoi se reposer et ne pas viser un 9 sur 9.

Reconnaissez-vous votre équipe ?

Non, car dans le système et l'animation, elle a beaucoup changé. Nous, on a vraiment évolué vers un 4-4-2. Cette saison, ils ont utilisé beaucoup de systèmes, à trois ou quatre derrière. Un 4-3-2-1, un 4-4-1-1. Ils défendent en zone, moi je défendais en individuelle. Cependant, Felice Mazzu est un très bon entraîneur.

Comment jugez-vous la politique de transferts ?

Si tu veux remplir les caisses, c'est normal. Tout club du niveau de Charleroi doit vivre de ses transferts sortants. Cependant, et ce n'est pas un problème qu'à Charleroi, il y a beaucoup de clubs qui n'ont pas cette volonté d'atteindre l'excellence sportive.

Mais Charleroi a l'air de viser dans quelques années cette excellence...

Au niveau sportif, je constate qu'après 26 matches, Charleroi n'a pas passé de palier par rapport à il y a un an. Mais au niveau financier, le club est beaucoup plus stable.

Stéphane Vande Velde

L'intégralité de cette rencontre avec Yannick Ferrera dans votre Sport/Foot Mag.

Quel souvenir pensez-vous avoir laissé à Charleroi ?Aucune idée. Je me suis déjà posé la question. Je ne sais pas comment les supporters ont vu mon départ. Sans doute que certains m'ont pris pour un lâcheur et que d'autres ont dû comprendre mon point de vue. Moi, je sais que j'ai tout donné quand j'étais à Charleroi, même si je me suis senti très seul. Que pensez-vous du Charleroi de cette saison ?Je m'attendais à un peu plus. Ils ont eu une préparation normale, avec des joueurs qui ont une année d'expérience de D1 derrière eux. Je les voyais dans la colonne de gauche. Mais, au niveau du jeu, ils ont proposé une bonne organisation et ont ennuyé les grosses équipes. Contre les plus petites équipes, je retrouvais ce que je voyais déjà l'année passée, à savoir ce manque de culture de la gagne. On vient de faire 6 sur 6, pourquoi se reposer et ne pas viser un 9 sur 9. Reconnaissez-vous votre équipe ?Non, car dans le système et l'animation, elle a beaucoup changé. Nous, on a vraiment évolué vers un 4-4-2. Cette saison, ils ont utilisé beaucoup de systèmes, à trois ou quatre derrière. Un 4-3-2-1, un 4-4-1-1. Ils défendent en zone, moi je défendais en individuelle. Cependant, Felice Mazzu est un très bon entraîneur.Comment jugez-vous la politique de transferts ?Si tu veux remplir les caisses, c'est normal. Tout club du niveau de Charleroi doit vivre de ses transferts sortants. Cependant, et ce n'est pas un problème qu'à Charleroi, il y a beaucoup de clubs qui n'ont pas cette volonté d'atteindre l'excellence sportive. Mais Charleroi a l'air de viser dans quelques années cette excellence...Au niveau sportif, je constate qu'après 26 matches, Charleroi n'a pas passé de palier par rapport à il y a un an. Mais au niveau financier, le club est beaucoup plus stable. Stéphane Vande Velde L'intégralité de cette rencontre avec Yannick Ferrera dans votre Sport/Foot Mag.