"Je commence à peine à réaliser maintenant que je vois mon entourage et ma famille", a confié Emma Plasschaert. "C'était une importante saison, avec ces Mondiaux comme gros objectif. J'ai reçu beaucoup de soutien et de félicitations". Emma Plasschaert n'avait pu participer aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, car un seul bateau belge pouvait être inscrit et c'est Evi Van Acker, finalement 4e, qui avait navigué au Brésil. La Belgique est déjà assurée de participer aux Jeux de Tokyo en 2020 en Laser Radial et Emma Plasschaert devrait bien être cette fois à la barre. "Bien sûr, je pense à Toyko. Après un peu de vacances, je reprendrai les entraînements avec cet objectif à long terme en tête. Une médaille aux JO serait fantastique, mais il y a de la concurrence. Je suis bien entourée et les conditions d'entraînements sont optimales. Bien entendu, nous ne disposons pas des mêmes moyens que des footballeurs, mais on le sait d'avance." Honorée d'abord à Ostende par le bourgmestre Johan Vande Lanotte, Emma Plasschaert a ensuite rejoint son club à Nieuport qui l'a accueillie chaleureusement. "C'est le moment de remercier tout le monde ici pour tout leur soutien depuis des années", a souligné Emma Plasschaert qui a aussi lancé un appel. "La mer du Nord est un endroit idéal pour s'entraîner, pourquoi ne pas y construire un centre d'entraînement", a proposé l'Ostendaise, qui a décroché la plus belle victoire de sa carrière vendredi à Aarhus, elle qui est numéro 1 mondiale dans sa catégorie. (Belga)

"Je commence à peine à réaliser maintenant que je vois mon entourage et ma famille", a confié Emma Plasschaert. "C'était une importante saison, avec ces Mondiaux comme gros objectif. J'ai reçu beaucoup de soutien et de félicitations". Emma Plasschaert n'avait pu participer aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, car un seul bateau belge pouvait être inscrit et c'est Evi Van Acker, finalement 4e, qui avait navigué au Brésil. La Belgique est déjà assurée de participer aux Jeux de Tokyo en 2020 en Laser Radial et Emma Plasschaert devrait bien être cette fois à la barre. "Bien sûr, je pense à Toyko. Après un peu de vacances, je reprendrai les entraînements avec cet objectif à long terme en tête. Une médaille aux JO serait fantastique, mais il y a de la concurrence. Je suis bien entourée et les conditions d'entraînements sont optimales. Bien entendu, nous ne disposons pas des mêmes moyens que des footballeurs, mais on le sait d'avance." Honorée d'abord à Ostende par le bourgmestre Johan Vande Lanotte, Emma Plasschaert a ensuite rejoint son club à Nieuport qui l'a accueillie chaleureusement. "C'est le moment de remercier tout le monde ici pour tout leur soutien depuis des années", a souligné Emma Plasschaert qui a aussi lancé un appel. "La mer du Nord est un endroit idéal pour s'entraîner, pourquoi ne pas y construire un centre d'entraînement", a proposé l'Ostendaise, qui a décroché la plus belle victoire de sa carrière vendredi à Aarhus, elle qui est numéro 1 mondiale dans sa catégorie. (Belga)