A la veille de la demi-finale que la Belgique disputera face à l'Espagne samedi à 18h00 à l'Arena de Prague, Emma Meesseman savoure les exploits des Belgian Cats depuis le début du championnat d'Europe, elle qui a interrompu sa saison en WNBA avec les Washington Mystics. "Vous voyez les sourires sur les visages, l'ambiance est au beau fixe. Nous sommes un peu entre deux phases encore", a avoué vendredi la joueuse d'Ypres qui porte les couleurs d'Ekaterinburg depuis une saison et demie. "Nous savourons encore nos victoires, notre accession en demi-finales et le ticket pour le championnat du monde, mais nous allons bientôt nous concentrer sur le match. Toutes les équipes ont leur point faible, nous allons essayer de voir quel est celui de l'Espagne. Mais c'est une équipe presque parfaite, c'est vrai, avec un banc qui a autant d'expérience que les joueuses de base. Elles ont un très bon coach qui bénéficie aussi d'une énorme expérience. Ce sera difficile, mais tout match doit être joué. Il faut être réaliste, les chances de gagner sont minimes. Elles jouent déjà ensemble depuis encore plus longtemps que nous. Il va falloir, pour nous, être dans un très bon jour, que nos shoots rentrent et jouer vite, en espérant reproduire notre super départ. Nous avons le sourire aux lèvres, mais nous ne voulons pas nous arrêter là. On veut aller chercher une médaille." Emma Meesseman a disputé le mois dernier les quatre premiers matches des Washington Mystics pour sa 5e saison en WNBA après le titre décroché avec Ekaterinburg dans le championnat russe. L'intérieure flandrienne a rejoint le groupe belge il y a trois semaines et doit regagner les Etats-Unis directement après l'Euro. Emma Meesseman aligne des performances qui épatent les observateurs à Prague. Elle a par exemple obtenu 47 d'évaluation en quarts de finale contre l'Italie avec 28 points, 11 rebonds, 5 interceptions et 5 bloc-shots. Elle est aussi derrière Ann Wauters (9), la meilleure contreuse de l'Euro (8). (Belga)

A la veille de la demi-finale que la Belgique disputera face à l'Espagne samedi à 18h00 à l'Arena de Prague, Emma Meesseman savoure les exploits des Belgian Cats depuis le début du championnat d'Europe, elle qui a interrompu sa saison en WNBA avec les Washington Mystics. "Vous voyez les sourires sur les visages, l'ambiance est au beau fixe. Nous sommes un peu entre deux phases encore", a avoué vendredi la joueuse d'Ypres qui porte les couleurs d'Ekaterinburg depuis une saison et demie. "Nous savourons encore nos victoires, notre accession en demi-finales et le ticket pour le championnat du monde, mais nous allons bientôt nous concentrer sur le match. Toutes les équipes ont leur point faible, nous allons essayer de voir quel est celui de l'Espagne. Mais c'est une équipe presque parfaite, c'est vrai, avec un banc qui a autant d'expérience que les joueuses de base. Elles ont un très bon coach qui bénéficie aussi d'une énorme expérience. Ce sera difficile, mais tout match doit être joué. Il faut être réaliste, les chances de gagner sont minimes. Elles jouent déjà ensemble depuis encore plus longtemps que nous. Il va falloir, pour nous, être dans un très bon jour, que nos shoots rentrent et jouer vite, en espérant reproduire notre super départ. Nous avons le sourire aux lèvres, mais nous ne voulons pas nous arrêter là. On veut aller chercher une médaille." Emma Meesseman a disputé le mois dernier les quatre premiers matches des Washington Mystics pour sa 5e saison en WNBA après le titre décroché avec Ekaterinburg dans le championnat russe. L'intérieure flandrienne a rejoint le groupe belge il y a trois semaines et doit regagner les Etats-Unis directement après l'Euro. Emma Meesseman aligne des performances qui épatent les observateurs à Prague. Elle a par exemple obtenu 47 d'évaluation en quarts de finale contre l'Italie avec 28 points, 11 rebonds, 5 interceptions et 5 bloc-shots. Elle est aussi derrière Ann Wauters (9), la meilleure contreuse de l'Euro (8). (Belga)