Elise Vanderelst quittera la Belgique avec son coach Raymond Castiaux le 17 juillet pour un voyage de plus de 10 heures en direction du Japon. La Montoise du club du MOHA a le vent en poupe depuis sa qualification olympique en juin au meeting de Florence où elle a balayé le record national du 1.5000 mètres de Veerle Dejaeghere (4:05.05 en 2002) en fixant la nouvelle norme à 4:02.63. A trois semaines du rendez-vous olympique, Vanderelst apparaît à la 23e place du classement mondial, tout près du top-20. L'objectif de la Montoise est de donner le meilleur d'elle-même à Tokyo. "Mon objectif olympique est d'atteindre le stade des demi-finales", a expliqué Elise Vanderelst. "Mais ce que je souhaite surtout c'est de quitter les Jeux en me disant que j'ai fait mon maximum et que les filles qui m'ont battue étaient tout simplement plus fortes que moi. Je m'étais fixé comme l'objectif d'aller aux Jeux Olympiques, c'était un rêve qui remontait à quelques années. Je serai olympienne dans quelques jours, un nouveau statut qui sera très valorisant pour moi, car j'adhère totalement aux valeurs olympiques de fair-play, d'intégration, d'égalité homme-femme. Être une athlète qui a participé aux jeux, c'est pour toute la vie." Championne d'Europe en salle du 1.500m, Vanderelst s'attaquera, après les JO, au record de Belgique du mile dans le cadre du Mémorial Van Damme (3/09). Le record est actuellement la propriété d'Almensh Belete qui avait couru en 4:28.11 en août 2012. Vanderelst devrait encore disputer un 800 mètres après le rendez-vous bruxellois de la Ligue de Diamant. Les séries du 1.500 mètres féminin à Tokyo sont programmées le 2 août, les demi-finales le 4 août et la finale le 6 août. (Belga)

Elise Vanderelst quittera la Belgique avec son coach Raymond Castiaux le 17 juillet pour un voyage de plus de 10 heures en direction du Japon. La Montoise du club du MOHA a le vent en poupe depuis sa qualification olympique en juin au meeting de Florence où elle a balayé le record national du 1.5000 mètres de Veerle Dejaeghere (4:05.05 en 2002) en fixant la nouvelle norme à 4:02.63. A trois semaines du rendez-vous olympique, Vanderelst apparaît à la 23e place du classement mondial, tout près du top-20. L'objectif de la Montoise est de donner le meilleur d'elle-même à Tokyo. "Mon objectif olympique est d'atteindre le stade des demi-finales", a expliqué Elise Vanderelst. "Mais ce que je souhaite surtout c'est de quitter les Jeux en me disant que j'ai fait mon maximum et que les filles qui m'ont battue étaient tout simplement plus fortes que moi. Je m'étais fixé comme l'objectif d'aller aux Jeux Olympiques, c'était un rêve qui remontait à quelques années. Je serai olympienne dans quelques jours, un nouveau statut qui sera très valorisant pour moi, car j'adhère totalement aux valeurs olympiques de fair-play, d'intégration, d'égalité homme-femme. Être une athlète qui a participé aux jeux, c'est pour toute la vie." Championne d'Europe en salle du 1.500m, Vanderelst s'attaquera, après les JO, au record de Belgique du mile dans le cadre du Mémorial Van Damme (3/09). Le record est actuellement la propriété d'Almensh Belete qui avait couru en 4:28.11 en août 2012. Vanderelst devrait encore disputer un 800 mètres après le rendez-vous bruxellois de la Ligue de Diamant. Les séries du 1.500 mètres féminin à Tokyo sont programmées le 2 août, les demi-finales le 4 août et la finale le 6 août. (Belga)