"Un nouveau huitième de finale. C'est spécial", a commenté Elise Mertens. "En outre, je fais mieux que l'année passée. C'est bon pour le classement aussi. L'Open d'Australie a toujours été un endroit particulier pour moi, même si ce n'est que la troisième fois que j'y participe. La surface me convient bien, elle n'est pas trop rapide, ce qui m'aide à développer mon jeu. Je travaille également chaque fois très dur pendant la préparation hivernale et peut-être que ceci explique cela. Je joue très bien pour l'instant, et il va falloir continuer à le montrer, surtout dans les moments importants". Simona Halep, c'est effectivement un autre calibre que Danka Kovinic, Heather Watson et Catherine Bellis qu'Elise Mertens a croisé sur sa route depuis le début du tournoi. La numéro 1 belge, qui est un peu enrhumée, s'est en tout cas préparée sereinement pour ce rendez-vous, dimanche, tapant la balle pendant une petite heure, dans l'après-midi, sur le court n°23 avec son coach et compagnon Robbe Ceyssens. "Je l'ai battue lors de notre dernière confrontation à Doha (3-6, 6-3, 6-4 en février 2019, ndlr). J'avais été très solide, mais je sais aussi que Halep a pour habitude de très bien jouer en Grand Chelem. Je dois être prête pour une grande bataille. Ce sera à moi d'aller chercher ce match. Je ne sais pas si je pourrai tirer avantage du fait que je joue bien en double. C'est vrai que cela m'aide à venir au filet, mais Bellis, par exemple, a sorti de bons passings. J'avoue toutefois que c'est important d'essayer. Et puis, je n'aurai rien à perdre. Je vais me donner à 100% et j'espère encore aller plus loin". (Belga)

"Un nouveau huitième de finale. C'est spécial", a commenté Elise Mertens. "En outre, je fais mieux que l'année passée. C'est bon pour le classement aussi. L'Open d'Australie a toujours été un endroit particulier pour moi, même si ce n'est que la troisième fois que j'y participe. La surface me convient bien, elle n'est pas trop rapide, ce qui m'aide à développer mon jeu. Je travaille également chaque fois très dur pendant la préparation hivernale et peut-être que ceci explique cela. Je joue très bien pour l'instant, et il va falloir continuer à le montrer, surtout dans les moments importants". Simona Halep, c'est effectivement un autre calibre que Danka Kovinic, Heather Watson et Catherine Bellis qu'Elise Mertens a croisé sur sa route depuis le début du tournoi. La numéro 1 belge, qui est un peu enrhumée, s'est en tout cas préparée sereinement pour ce rendez-vous, dimanche, tapant la balle pendant une petite heure, dans l'après-midi, sur le court n°23 avec son coach et compagnon Robbe Ceyssens. "Je l'ai battue lors de notre dernière confrontation à Doha (3-6, 6-3, 6-4 en février 2019, ndlr). J'avais été très solide, mais je sais aussi que Halep a pour habitude de très bien jouer en Grand Chelem. Je dois être prête pour une grande bataille. Ce sera à moi d'aller chercher ce match. Je ne sais pas si je pourrai tirer avantage du fait que je joue bien en double. C'est vrai que cela m'aide à venir au filet, mais Bellis, par exemple, a sorti de bons passings. J'avoue toutefois que c'est important d'essayer. Et puis, je n'aurai rien à perdre. Je vais me donner à 100% et j'espère encore aller plus loin". (Belga)