C'est la première expérience dans une équipe non-belge pour Eliot Lietaer, 30 ans, qui avait commencé sa carrière professionnelle en 2012 chez Topsport Vlaanderen. "Tous les Flamands ne sont pas des spécialistes des classiques pavées", indique B&B Hôtels-Vital Concept sur son site. Du haut de son 1m88 (pour 70 kg), Eliot Lietaer préfère les longues ascensions aux monts raides qui jalonnent sa région. A 30 ans, il brille par sa régularité sur les courses par étapes et celles aux profils vallonnés". Vainqueur d'une étape des Boucles de la Mayenne en 2013, Lietaer, 14e du dernier Paris-Tours, a terminé plusieurs fois dans le top 10 des classements généraux de courses par étapes d'une semaine. "Je peux être en soutien de grimpeurs ou de coureurs complets", déclare le coureur belge. "J'ai souvent vu Bryan (Coquard) gagner, à Bessèges ou sur le Tour de Wallonie. J'aimerais l'aider sur des parcours escarpés et découvrir des épreuves comme Paris-Nice ou le Dauphiné, que je n'ai encore jamais courues". (Belga)

C'est la première expérience dans une équipe non-belge pour Eliot Lietaer, 30 ans, qui avait commencé sa carrière professionnelle en 2012 chez Topsport Vlaanderen. "Tous les Flamands ne sont pas des spécialistes des classiques pavées", indique B&B Hôtels-Vital Concept sur son site. Du haut de son 1m88 (pour 70 kg), Eliot Lietaer préfère les longues ascensions aux monts raides qui jalonnent sa région. A 30 ans, il brille par sa régularité sur les courses par étapes et celles aux profils vallonnés". Vainqueur d'une étape des Boucles de la Mayenne en 2013, Lietaer, 14e du dernier Paris-Tours, a terminé plusieurs fois dans le top 10 des classements généraux de courses par étapes d'une semaine. "Je peux être en soutien de grimpeurs ou de coureurs complets", déclare le coureur belge. "J'ai souvent vu Bryan (Coquard) gagner, à Bessèges ou sur le Tour de Wallonie. J'aimerais l'aider sur des parcours escarpés et découvrir des épreuves comme Paris-Nice ou le Dauphiné, que je n'ai encore jamais courues". (Belga)