Pourquoi as-tu cette image de dikke nek ?

Avoir une grosse voiture, bien s'habiller.... Ça va vite. Mais aujourd'hui le public et moi sommes réconciliés. J'ai été parfaitement accueilli pour mon retour.

Victor Fernandez veut faire de toi le futur capitaine gantois. Es-tu surpris par cette marque de confiance ?

Non. Je crois être imposant sur un terrain. Et je crois surtout que le coach a des critères quand il nomme un capitaine. Et s'il m'a choisi, c'est que je les remplissais. Mais je ne serai capitaine que si Pelé s'en va. Et j'ai beaucoup de respect pour lui, il est comme un frère. Et quand il partira - et j'espère qu'il partira car après une saison pareille ça ne serait que justice- je récupérerai le brassard. C'est ce qui est convenu.

As-tu le sentiment d'être écouté par le groupe ?

Oui, je crois. J'ai 23 ans aujourd'hui et j'ai une certaine expérience. Ça fait 5 ans que je joue en D1, j'ai plus de 130 matches. Je commence à savoir des choses sur le foot.

De l'extérieur, on te voit plutôt comme un artiste que pour quelqu'un d'intéressé par le jeu et ses schémas tactiques.

Ok, je suis peut-être un artiste, mais tactiquement je connais des choses. J'ai intégré le noyau pro de Gand à 16 ans et j'ai vu de très bons coaches défiler: Preud'homme, Dury, Sollied. Même en Angleterre, j'étais dans le groupe, j'assistais aux théories, j'allais à l'hôtel.

Par Thomas Bricmont

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine

Pourquoi as-tu cette image de dikke nek ?Avoir une grosse voiture, bien s'habiller.... Ça va vite. Mais aujourd'hui le public et moi sommes réconciliés. J'ai été parfaitement accueilli pour mon retour.Victor Fernandez veut faire de toi le futur capitaine gantois. Es-tu surpris par cette marque de confiance ?Non. Je crois être imposant sur un terrain. Et je crois surtout que le coach a des critères quand il nomme un capitaine. Et s'il m'a choisi, c'est que je les remplissais. Mais je ne serai capitaine que si Pelé s'en va. Et j'ai beaucoup de respect pour lui, il est comme un frère. Et quand il partira - et j'espère qu'il partira car après une saison pareille ça ne serait que justice- je récupérerai le brassard. C'est ce qui est convenu.As-tu le sentiment d'être écouté par le groupe ?Oui, je crois. J'ai 23 ans aujourd'hui et j'ai une certaine expérience. Ça fait 5 ans que je joue en D1, j'ai plus de 130 matches. Je commence à savoir des choses sur le foot. De l'extérieur, on te voit plutôt comme un artiste que pour quelqu'un d'intéressé par le jeu et ses schémas tactiques.Ok, je suis peut-être un artiste, mais tactiquement je connais des choses. J'ai intégré le noyau pro de Gand à 16 ans et j'ai vu de très bons coaches défiler: Preud'homme, Dury, Sollied. Même en Angleterre, j'étais dans le groupe, j'assistais aux théories, j'allais à l'hôtel.Par Thomas BricmontRetrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine