"J'ai un fort mal de tête. Les bières d'hier ont sans doute quelque chose à voir avec ça", a souri Bernal avant le départ. Le Colombien n'arrive pas encore à croire qu'il est le vainqueur final du 106e Tour de France. "Tout cela peut paraître étrange, mais c'est vrai que je ne réalise pas encore tout à fait que je suis le premier Colombien à avoir gagner le Tour. Quand je serai posé à la maison, dans le calme, peut-être que je réaliserai ce que j'ai accompli." Bernal sera aussi au départ du critérium de Roulers mardi. "La Belgique est un vrai pays du cyclisme. Le Grand Départ était ici, dans votre pays. La boucle est bouclée", s'est amusé Bernal. "Regarde le monde qu'il y a ici. Tout le monde veut une photo ou un autographe. Malheureusement, je ne peux pas répondre à toutes les demandes. J'attends avec impatience de voir ce qui nous attend dans ce critérium. Et je vais profiter de ce maillot jaune. Et bien sûr, j'espère gagner. Mais les jambes sont lourdes. C'était une nuit très courte." (Belga)

"J'ai un fort mal de tête. Les bières d'hier ont sans doute quelque chose à voir avec ça", a souri Bernal avant le départ. Le Colombien n'arrive pas encore à croire qu'il est le vainqueur final du 106e Tour de France. "Tout cela peut paraître étrange, mais c'est vrai que je ne réalise pas encore tout à fait que je suis le premier Colombien à avoir gagner le Tour. Quand je serai posé à la maison, dans le calme, peut-être que je réaliserai ce que j'ai accompli." Bernal sera aussi au départ du critérium de Roulers mardi. "La Belgique est un vrai pays du cyclisme. Le Grand Départ était ici, dans votre pays. La boucle est bouclée", s'est amusé Bernal. "Regarde le monde qu'il y a ici. Tout le monde veut une photo ou un autographe. Malheureusement, je ne peux pas répondre à toutes les demandes. J'attends avec impatience de voir ce qui nous attend dans ce critérium. Et je vais profiter de ce maillot jaune. Et bien sûr, j'espère gagner. Mais les jambes sont lourdes. C'était une nuit très courte." (Belga)