Junior Edmilson parle avec les pieds. Il a beau avoir un look assumé de bad boy, avec les tatouages et la casquette, ses interviews sont toujours marquées par la prudence, elles sont donc généralement assez banales. On se souvient d'un seul dérapage, peu de temps après son transfert de Saint-Trond vers le Standard. Après avoir affronté son ancienne équipe, il avait lancé : " Je ne dois rien à Saint-Trond, ils ne m'ont rien appris. "
...