Junior Edmilson parle avec les pieds. Il a beau avoir un look assumé de bad boy, avec les tatouages et la casquette, ses interviews sont toujours marquées par la prudence, elles sont donc généralement assez banales. On se souvient d'un seul dérapage, peu de temps après son transfert de Saint-Trond vers le Standard. Après avoir affronté son ancienne équipe, il avait lancé : " Je ne dois rien à Saint-Trond, ils ne m'ont rien appris. "
...

Junior Edmilson parle avec les pieds. Il a beau avoir un look assumé de bad boy, avec les tatouages et la casquette, ses interviews sont toujours marquées par la prudence, elles sont donc généralement assez banales. On se souvient d'un seul dérapage, peu de temps après son transfert de Saint-Trond vers le Standard. Après avoir affronté son ancienne équipe, il avait lancé : " Je ne dois rien à Saint-Trond, ils ne m'ont rien appris. " Dimanche, à Bruges, il était complètement retombé, trois quarts d'heure après sa sortie du terrain qu'il ne comprenait pas. Au moment de son remplacement, il était furieux sur Ricardo Sa Pinto, il a refusé les mains tendues du staff puis s'est installé à côté du banc, le regard noir. Mais trois quarts d'heure plus tard, donc, il était apaisé. Et il sortait à nouveau les clichés habituels : " On prend match par match (...) On va tout donner, on ne va rien lâcher (...) On est bien pour le moment (...) Je crois en Dieu. " Au même moment, Benoît Poulain sortait une formule plus costaude : " Edmilson et Mehdi Carcela, c'est difficile à gérer. " Le défenseur de Bruges en avait eu plein les pieds. Edmilson est dans la forme de sa vie, ces play-offs sont les siens. Cinq matches, trois buts, trois assists, un pré-assist et un penalty provoqué. Le but de la victoire contre Charleroi, l'assist sur le seul but du match contre Gand, deux assists contre Anderlecht, deux buts à Bruges. Dans tous les cas, il a orienté le résultat. Ce week-end, il a dégoûté Dion Cools, remplacé après une heure. " Après ce changement, Ricardo Sa Pinto a jugé qu'il devait sortir Edmilson, c'est pour moi la décision la plus bizarre de l'après-midi ", nous dit Marc Degryse. " Sa Pinto a dit après le match qu'il avait pris une bonne décision puisque le but de l'égalisation a été marqué par Duje Cop, qui avait remplacé Edmilson. Mais non, ça n'a rien à voir. Le but de Cop est venu d'une mêlée dans laquelle le Standard a eu pas mal de chance. J'ai surtout vu qu'après la sortie d'Emilson, l'équipe a été complètement enfoncée. Tu ne peux pas te priver comme ça de ton meilleur joueur. " Nana Asare (parfois cité chez les Diables), Alexis Saelemaekers, Dion Cools : un Gantois, un Anderlechtois et un Brugeois viennent de faire les frais de la forme d'Edmilson. Et si cette forme lui permettait in extremis de rejoindre le noyau des Diables ? Roberto Martinez a dit récemment : " Je n'écarte pas la possibilité d'intégrer un tout nouveau joueur, une sorte de facteur X. " Interrogé sur Edmilson et Renaud Emond, il a répondu : " J'aime bien ce qu'ils montrent. Ils ont de l'impact au moment où ça compte. Ils ont un profil intéressant mais, pour entrer en équipe nationale, ils doivent pouvoir apporter plus que le joueur déjà en place. " Martinez a sorti un facteur X, une surprise pour le dernier match amical : Anthony Limbombe. Un renfort potentiel pour le flanc gauche. Aujourd'hui, c'est aussi dans cette portion que le joueur du Standard fait ses étincelles. " Dans les combinaisons, dans les actions individuelles, dans le rendement, il est énorme depuis le début des play-offs ", continue Marc Degryse. " Il est encore plus décisif que Mehdi Carcela, qui est plus un joueur pour les tribunes, un gars spectaculaire mais pas toujours efficace. Mais ils sont clairement les deux meilleurs atouts du Standard, deux cow-boys imprévisibles qui peuvent mettre le feu à tout moment. À Bruges, Edmilson a marqué ses deux buts dans une période du match où le Standard était complètement enfoncé. Ça se jouait dans un camp, et subitement, il est sorti de sa boîte. Il est le prototype du chaînon manquant dans l'équipe d'Anderlecht, un gars capable de faire basculer n'importe quel match sur un coup de génie. S'il reste au même niveau dans les cinq derniers matches de la saison, il sera clairement un candidat pour la Russie. Si Limbombe est sélectionné, Edmilson n'ira pas. Limbombe a l'avantage de jouer, à Bruges, dans un système similaire à celui des Diables, alors qu'Edmilson joue sur un flanc dédoublé. Mais si on compare leur niveau dans les play-offs, Edmilson est devant. " Les statistiques personnelles de Limbombe dans les cinq derniers matches sont faméliques. Alors que Bruges a marqué onze fois, il ne compte aucun assist et aucun but. " Je ne pense pas aux Diables Rouges. Maintenant, tout peut arriver ", a simplement lâché le Standardman en quittant Bruges. Edmilson à Anderlecht, on risque encore d'en parler pendant plusieurs semaines. On a évoqué ce possible transfert quand son père a été surpris récemment à Neerpede, en compagnie de Georges Heylens. Ils ont rencontré Luc Devroe. Il ne faudrait rien y voir d'autre qu'une réunion de travail, selon les intéressés. Marc Coucke a réagi aux rumeurs de transferts : " Fake news. " Le joueur sait que s'il signe là-bas, il devra d'abord convaincre les supporters qui retomberont vite sur un message qu'il avait posté au moment de quitter Saint-Trond pour le Standard, alors que Gand le voulait aussi : " J'ai choisi le Standard, le club de mon coeur. " Bruno Venanzi a prévenu qu'il ne le laisserait partir que pour le juste prix. En janvier, on estimait la valeur d'Edmilson à environ 5 millions. Entre-temps, sa cote a grimpé. Les choses devraient en tout cas bouger dans les prochaines semaines puisque son contrat actuel expire en 2019. Le Standard ne devrait pas prendre le risque de commencer la nouvelle saison avec un joueur qui n'est plus lié que pour un an. Et on sait que Hein Vanhaezebrouck est fan du dribbleur. Il avait tout fait pour l'attirer à Gand (un accord avait été trouvé avec Saint-Trond) et avait tapé sur les doigts de ses patrons quand Edmilson avait finalement préféré signer au Standard. S'il faut mettre le prix, Coucke sera capable de le faire. Avec ou sans Vanhaezebrouck. Par Pierre Danvoye