C'était comme si le pape prononçait le "urbi et orbi" depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre de Rome. En cette soirée de début du mois mai, des milliers de personnes avaient afflué à la fontaine Cibeles de Madrid, où le Real Madrid célèbre traditionnellement ses titres nationaux. Les Merengue se tenaient là, un peu mal à l'aise. Jusqu'à ce qu'Eden Hazard prenne le micro. "Buenas noches a todos", commence-t-il dans un espagnol parfait, "Bonsoir à tous".

Puis il est allé droit au but, les yeux cachés derrière des lunettes de soleil : "Écoutez, ces trois dernières années ont été marquées par beaucoup de blessures et d'autres choses pour moi, mais la saison prochaine je vais tout donner pour vous les gars." Des applaudissements nourris de la foule ont accompagné ces paroles. Les joueurs du Real Madrid ont alors commencé à faire la fête avec l'ailier belge.

L'histoire d'Eden Hazard au Real Madrid n'est donc peut-être pas encore terminée. Le joueur croit fermement en ce qu'il dit, sinon il ne prendrait pas la parole comme cela devant des milliers de supporters. Il aurait pu se contenter de rester discrètement en arrière-plan, ce qui aurait été compréhénsible au vu de son faible apport dans les succès récents du Real. Mais ce n'était pas le cas et cela en dit long sur la manière dont il veut affronter son retour au premier plan. La confiance en ses moyens a toujours été l'une des grandes caractéristiques d'Hazard. Et ces deux dernières saisons et demie, elle s'était étiolée, si bien que le joueur apparaissait presque triste les rares fois où il apparaissait sur son terrain de jeu préféré.

"Un joueur libéré"

La volonté du numéro 7 merengue de tout faire pour retrouver la pleine mesure de ses capacités est aussi une bonne nouvelle pour un Real qui digère difficilement le refus de Kylian Mbappé, qui a finalement choisi de rester fidèle à Paris. C'est aussi un concurrent de taille de moins pour l'un des trois postes de la division offensives, où les places sont devenues extrêmement chères, surtout avec le statut d'incontournables pris par Karim Benzema et Vinicius Junior.

Les médias espagnols, pas toujours tendres avec le Belge qui a coûté une fortune, sont désormais plus positifs à son sujet. Le quotidien Marca a écrit avoir vu "un joueur libéré" à l'entraînement lors des dernières semaines. "Il est heureux et semblait convaincu de pouvoir redevenir le joueur qu'il était", a déclaré une source interne dans ce papier.

Fin mars, lors d'une opération, Hazard s'est fait retirer la plaque en titane qui se trouvait dans sa cheville droite. Cette plaque lui a provoqué des douleurs constantes, tant à l'entraînement qu'en match. Cela l'a rongé mentalement et le freinait dans ses performances. Cette douleur a maintenant disparu. Hazard peut à nouveau pratiquer le sport qu'il aime le plus au monde en toute insouciance. La seule question désormais en suspens est : peut-il redevenir l'Eden qu'on connaissait à Chelsea ?

Cinq fois 90 minutes

Vendredi dernier, contre les Pays-Bas, il était titulaire et a disputé la première période. Pendant ces 45 premières minutes, il a été impliqué dans les rares actions dangereuses des Diables Rouges, mais son manque de rythme s'est aussi logiquement fait ressentir. Pas étonnant pour un joueur qui n'a disputé que 26 minutes pour le Real Madrid depuis la fin du mois de février.

null, iStock
null © iStock

Eden Hazard est réputé pour être un diesel. Il a besoin d'accumuler les rencontres pour trouver son rythme de croisière. Ce qui est ennuyeux, c'est qu'au cours des trois dernières saisons avec le Real Madrid, il n'a jamais été en mesure d'enchaîner les matches. A chaque fois une nouvelle blessure, un nouveau pépin physique venait freiner sa progression comme un bâton dans les roues. Nous avons calculé que depuis qu'il a posé ses valises à Madrid lors de l'été 2019, Hazard n'a joué que... cinq fois les 90 minutes d'un match sous le maillot de Los Blancos. Le chemin du retour s'annonce donc long, trop long ?

S'affûter après les vacances

Pour arriver en forme pour la Coupe du monde au Qatar, Eden Hazard devra donc avoir du temps de jeu du côté du Real Madrid pour faire chauffer le moteur. Même si Mbappé n'est pas venu au Bernabeu, la concurrence reste forte au Real Madrid. Et si Carlo Ancelotti s'est aussi montré plus positif envers le Belge depuis quelques semaines, il ne l'a pas pour autant directement dans ses petits papiers.

Dans l'immédiat, Hazard doit jouer un maximum de minutes en Ligue des Nations et continuer à travailler pendant ses vacances. Au Real Madrid, les entraînements reprendront le vendredi 8 juillet. Il est indispensable qu'il ne revienne pas dans le même état que lors de son transfert. Ensuite, il devra convaincre Ancelotti de le titulariser chaque semaine. Après, il faudra prier pour que les blessures le laissent tranquille jusqu'en décembre.

Cela fait beaucoup de conditions à remplir. Mais pour tenir la promesse faite aux fans Merengue à Cibeles, il n'a pas d'autres choix.

C'était comme si le pape prononçait le "urbi et orbi" depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre de Rome. En cette soirée de début du mois mai, des milliers de personnes avaient afflué à la fontaine Cibeles de Madrid, où le Real Madrid célèbre traditionnellement ses titres nationaux. Les Merengue se tenaient là, un peu mal à l'aise. Jusqu'à ce qu'Eden Hazard prenne le micro. "Buenas noches a todos", commence-t-il dans un espagnol parfait, "Bonsoir à tous". Puis il est allé droit au but, les yeux cachés derrière des lunettes de soleil : "Écoutez, ces trois dernières années ont été marquées par beaucoup de blessures et d'autres choses pour moi, mais la saison prochaine je vais tout donner pour vous les gars." Des applaudissements nourris de la foule ont accompagné ces paroles. Les joueurs du Real Madrid ont alors commencé à faire la fête avec l'ailier belge.L'histoire d'Eden Hazard au Real Madrid n'est donc peut-être pas encore terminée. Le joueur croit fermement en ce qu'il dit, sinon il ne prendrait pas la parole comme cela devant des milliers de supporters. Il aurait pu se contenter de rester discrètement en arrière-plan, ce qui aurait été compréhénsible au vu de son faible apport dans les succès récents du Real. Mais ce n'était pas le cas et cela en dit long sur la manière dont il veut affronter son retour au premier plan. La confiance en ses moyens a toujours été l'une des grandes caractéristiques d'Hazard. Et ces deux dernières saisons et demie, elle s'était étiolée, si bien que le joueur apparaissait presque triste les rares fois où il apparaissait sur son terrain de jeu préféré. La volonté du numéro 7 merengue de tout faire pour retrouver la pleine mesure de ses capacités est aussi une bonne nouvelle pour un Real qui digère difficilement le refus de Kylian Mbappé, qui a finalement choisi de rester fidèle à Paris. C'est aussi un concurrent de taille de moins pour l'un des trois postes de la division offensives, où les places sont devenues extrêmement chères, surtout avec le statut d'incontournables pris par Karim Benzema et Vinicius Junior.Les médias espagnols, pas toujours tendres avec le Belge qui a coûté une fortune, sont désormais plus positifs à son sujet. Le quotidien Marca a écrit avoir vu "un joueur libéré" à l'entraînement lors des dernières semaines. "Il est heureux et semblait convaincu de pouvoir redevenir le joueur qu'il était", a déclaré une source interne dans ce papier. Fin mars, lors d'une opération, Hazard s'est fait retirer la plaque en titane qui se trouvait dans sa cheville droite. Cette plaque lui a provoqué des douleurs constantes, tant à l'entraînement qu'en match. Cela l'a rongé mentalement et le freinait dans ses performances. Cette douleur a maintenant disparu. Hazard peut à nouveau pratiquer le sport qu'il aime le plus au monde en toute insouciance. La seule question désormais en suspens est : peut-il redevenir l'Eden qu'on connaissait à Chelsea ?Vendredi dernier, contre les Pays-Bas, il était titulaire et a disputé la première période. Pendant ces 45 premières minutes, il a été impliqué dans les rares actions dangereuses des Diables Rouges, mais son manque de rythme s'est aussi logiquement fait ressentir. Pas étonnant pour un joueur qui n'a disputé que 26 minutes pour le Real Madrid depuis la fin du mois de février.Eden Hazard est réputé pour être un diesel. Il a besoin d'accumuler les rencontres pour trouver son rythme de croisière. Ce qui est ennuyeux, c'est qu'au cours des trois dernières saisons avec le Real Madrid, il n'a jamais été en mesure d'enchaîner les matches. A chaque fois une nouvelle blessure, un nouveau pépin physique venait freiner sa progression comme un bâton dans les roues. Nous avons calculé que depuis qu'il a posé ses valises à Madrid lors de l'été 2019, Hazard n'a joué que... cinq fois les 90 minutes d'un match sous le maillot de Los Blancos. Le chemin du retour s'annonce donc long, trop long ?Pour arriver en forme pour la Coupe du monde au Qatar, Eden Hazard devra donc avoir du temps de jeu du côté du Real Madrid pour faire chauffer le moteur. Même si Mbappé n'est pas venu au Bernabeu, la concurrence reste forte au Real Madrid. Et si Carlo Ancelotti s'est aussi montré plus positif envers le Belge depuis quelques semaines, il ne l'a pas pour autant directement dans ses petits papiers. Dans l'immédiat, Hazard doit jouer un maximum de minutes en Ligue des Nations et continuer à travailler pendant ses vacances. Au Real Madrid, les entraînements reprendront le vendredi 8 juillet. Il est indispensable qu'il ne revienne pas dans le même état que lors de son transfert. Ensuite, il devra convaincre Ancelotti de le titulariser chaque semaine. Après, il faudra prier pour que les blessures le laissent tranquille jusqu'en décembre.Cela fait beaucoup de conditions à remplir. Mais pour tenir la promesse faite aux fans Merengue à Cibeles, il n'a pas d'autres choix.