"Être troisième mondial, c'est incroyable pour un petit pays comme la Belgique, surtout après autant d'années. On l'a fait à Doha et on le refait ici, on peut être fiers", a lancé Dylan Borlée en zone mixte, après être monté sur le podium de Hayward Field dans la douce nuit de l'Oregon. Premier relayeur, il a cru que son frère Kevin Borlée allait pouvoir dépasser la Jamaïque dans la dernière ligne droite. "On y a tous cru mais le Jamaïcain a très bien couru. "C'est peut-être le fait d'avoir été un peu gêné par Trinité-et-Tobago qui nous coûte l'argent." Troisième, la Belgique a échoué à 14 centièmes de la Jamaïque. Selon Dylan Borlée, 14e du tour de piste en individuel, c'est surtout parce que Christopher Taylor, 7e de la finale en individuel, s'est montré fort tactiquement. "Il a été très intelligent parce qu'il s'écarte un peu après 300 mètres et gène donc Kevin. C'est peut-être là qu'on perd ces quelques centièmes." Auteur de la meilleure saison depuis le début de sa carrière, avec un nouveau record personnel (45.18) signé mi-juin, il a voulu souligner la qualité de la course belge. "On a très bien couru, je pense que nous n'avons rien à nous reprocher. Il n'y a aucun regret", a ajouté Dylan Borlée, qui a profité de l'atmosphère du Hayward Field. "C'était vraiment une belle course." (Belga)

"Être troisième mondial, c'est incroyable pour un petit pays comme la Belgique, surtout après autant d'années. On l'a fait à Doha et on le refait ici, on peut être fiers", a lancé Dylan Borlée en zone mixte, après être monté sur le podium de Hayward Field dans la douce nuit de l'Oregon. Premier relayeur, il a cru que son frère Kevin Borlée allait pouvoir dépasser la Jamaïque dans la dernière ligne droite. "On y a tous cru mais le Jamaïcain a très bien couru. "C'est peut-être le fait d'avoir été un peu gêné par Trinité-et-Tobago qui nous coûte l'argent." Troisième, la Belgique a échoué à 14 centièmes de la Jamaïque. Selon Dylan Borlée, 14e du tour de piste en individuel, c'est surtout parce que Christopher Taylor, 7e de la finale en individuel, s'est montré fort tactiquement. "Il a été très intelligent parce qu'il s'écarte un peu après 300 mètres et gène donc Kevin. C'est peut-être là qu'on perd ces quelques centièmes." Auteur de la meilleure saison depuis le début de sa carrière, avec un nouveau record personnel (45.18) signé mi-juin, il a voulu souligner la qualité de la course belge. "On a très bien couru, je pense que nous n'avons rien à nous reprocher. Il n'y a aucun regret", a ajouté Dylan Borlée, qui a profité de l'atmosphère du Hayward Field. "C'était vraiment une belle course." (Belga)