Pour sa première grande compétition en salle, le plus jeune des frères Borlée avait frappé fort dans la capitale tchèque. Il avait décroché la médaille d'argent du 400 m en individuel et faisait partie de l'équipe belge du 4x400 m qui s'était emparé du titre et du record d'Europe. "J'ai encore quelques souvenirs de l'année passée. Il y a des courses qui restent en mémoire. Je vais me servir de l'expérience acquise à Prague, au niveau du placement ou de la manière d'aborder les virages par exemple, pour bien courir les deux courses à Portland. Les Mondiaux, c'est un autre calibre que l'Euro, il risque d'y avoir plus de bousculades". Pour Robin Vanderbemden, Portland sera la première expérience indoor avec les Belgian Tornados. Il était présent l'année dernière aux Mondiaux en plein air de Pékin, où les Belges avaient pris la 5e place. Le Liégeois de 22 ans dit avoir appris à rester "plus zen" depuis Pékin. "J'ai appris à mieux rester concentré sur moi et à gérer la pression. Ici, vu que je ne connais pas les gens, ça sera plus facile. Je sens que je suis moins impressionnable qu'avant", selon Robin Vanderbemden, qui sera le troisième relayeur samedi en série. "J'espère qu'on sera devant quand je recevrai le témoin". (Belga)

Pour sa première grande compétition en salle, le plus jeune des frères Borlée avait frappé fort dans la capitale tchèque. Il avait décroché la médaille d'argent du 400 m en individuel et faisait partie de l'équipe belge du 4x400 m qui s'était emparé du titre et du record d'Europe. "J'ai encore quelques souvenirs de l'année passée. Il y a des courses qui restent en mémoire. Je vais me servir de l'expérience acquise à Prague, au niveau du placement ou de la manière d'aborder les virages par exemple, pour bien courir les deux courses à Portland. Les Mondiaux, c'est un autre calibre que l'Euro, il risque d'y avoir plus de bousculades". Pour Robin Vanderbemden, Portland sera la première expérience indoor avec les Belgian Tornados. Il était présent l'année dernière aux Mondiaux en plein air de Pékin, où les Belges avaient pris la 5e place. Le Liégeois de 22 ans dit avoir appris à rester "plus zen" depuis Pékin. "J'ai appris à mieux rester concentré sur moi et à gérer la pression. Ici, vu que je ne connais pas les gens, ça sera plus facile. Je sens que je suis moins impressionnable qu'avant", selon Robin Vanderbemden, qui sera le troisième relayeur samedi en série. "J'espère qu'on sera devant quand je recevrai le témoin". (Belga)