Les Red Lions, qui ont récupéré la semaine dernière leur statut de N.1 mondiaux en prenant 5 points sur 6 après leurs deux rencontres inaugurales contre les Kookaburras, trouveront sur leur route une équipe néo-zélandaise qu'ils non plus croisée depuis la 1re édition de la Pro League. Elle effectue à cette occasion son entrée dans la compétition 2020. L'an dernier, les champions du monde en titre avaient d'abord partagé 4-4 (avec un bonus remporté 2-4 aux shoot-outs) à l'aller à Auckland, avant de s'imposer largement 4-0 au retour à Anvers. Lors des neuf précédents duels depuis 2013, la Belgique a pris le mesure à 6 reprises des Kiwis, a partagé une fois et concédé 2 défaites face aux hommes de Glenn Turner. Le match est programmé samedi à partir de 19h30 locales (07h30 belges) et dimanche dès 17h30 (05h00 belges). À chaque fois, deux heures et demi avant leurs homologues masculins et sur le même terrain, soit à 17h00 locales (05h00 belges) samedi et 15h00 (03h00 belges) dimanche, les Red Panthers tenteront de poursuivre le beau parcours entamé le week-end dernier à Sydney. Avec deux partages (3-3 et 1-1) il y a 8 jours contre la 2e nation mondiale, ponctués d'un succès et d'une défaite aux shoot-outs pour le point de bonus, les joueuses de Niels Thijssen sont toutes proches - à moins d'une unité - de déposséder la Corée du Sud de la 11e place mondiale. Mais là n'est pas la principale préoccupation du staff technique de l'équipe belge, en pleine reconstruction après l'échec de sa qualification olympique pour Tokyo. Comme en Australie, Thijssen fera tourner son noyau composé de nombreuses jeunes espoirs à l'image des Charlotte Englebert, Justine Rasir ou Anne-Sophie Vanden Borre, toutes trois âgées de 18 ans à peine. Lors de la précédente édition de Pro League, les Belges avaient décroché le premier succès de leur campagne à Auckland en battant la nation hôte 0-1 (but de Jill Boon), avant de céder devant la puissance de leur attaquante Olivia Merry (0-3) à domicile à Anvers. Malgré ce faux pas, la Belgique avait néanmoins terminé cette 1re Pro League à une belle 5e place devant leurs futures adversaires du week-end (6e). À l'inverse des Red Lions, qui concluront leur série le week-end suivant avec une double confrontation contre l'Inde (FIH-5), les Panthers reprendront quant à elles un vol direct vers la Belgique pour à présent se consacrer à leur championnat national qui reprendra le 23 février. Les deux rencontres initialement programmées en Chine les 8 et 9 février à Changzhou, ont en effet été reportées mardi en raison du coronavirus. Ces deux duels devraient être reprogrammées à une date ultérieure, "si cela est possible", a toutefois précisé la FIH. (Belga)

Les Red Lions, qui ont récupéré la semaine dernière leur statut de N.1 mondiaux en prenant 5 points sur 6 après leurs deux rencontres inaugurales contre les Kookaburras, trouveront sur leur route une équipe néo-zélandaise qu'ils non plus croisée depuis la 1re édition de la Pro League. Elle effectue à cette occasion son entrée dans la compétition 2020. L'an dernier, les champions du monde en titre avaient d'abord partagé 4-4 (avec un bonus remporté 2-4 aux shoot-outs) à l'aller à Auckland, avant de s'imposer largement 4-0 au retour à Anvers. Lors des neuf précédents duels depuis 2013, la Belgique a pris le mesure à 6 reprises des Kiwis, a partagé une fois et concédé 2 défaites face aux hommes de Glenn Turner. Le match est programmé samedi à partir de 19h30 locales (07h30 belges) et dimanche dès 17h30 (05h00 belges). À chaque fois, deux heures et demi avant leurs homologues masculins et sur le même terrain, soit à 17h00 locales (05h00 belges) samedi et 15h00 (03h00 belges) dimanche, les Red Panthers tenteront de poursuivre le beau parcours entamé le week-end dernier à Sydney. Avec deux partages (3-3 et 1-1) il y a 8 jours contre la 2e nation mondiale, ponctués d'un succès et d'une défaite aux shoot-outs pour le point de bonus, les joueuses de Niels Thijssen sont toutes proches - à moins d'une unité - de déposséder la Corée du Sud de la 11e place mondiale. Mais là n'est pas la principale préoccupation du staff technique de l'équipe belge, en pleine reconstruction après l'échec de sa qualification olympique pour Tokyo. Comme en Australie, Thijssen fera tourner son noyau composé de nombreuses jeunes espoirs à l'image des Charlotte Englebert, Justine Rasir ou Anne-Sophie Vanden Borre, toutes trois âgées de 18 ans à peine. Lors de la précédente édition de Pro League, les Belges avaient décroché le premier succès de leur campagne à Auckland en battant la nation hôte 0-1 (but de Jill Boon), avant de céder devant la puissance de leur attaquante Olivia Merry (0-3) à domicile à Anvers. Malgré ce faux pas, la Belgique avait néanmoins terminé cette 1re Pro League à une belle 5e place devant leurs futures adversaires du week-end (6e). À l'inverse des Red Lions, qui concluront leur série le week-end suivant avec une double confrontation contre l'Inde (FIH-5), les Panthers reprendront quant à elles un vol direct vers la Belgique pour à présent se consacrer à leur championnat national qui reprendra le 23 février. Les deux rencontres initialement programmées en Chine les 8 et 9 février à Changzhou, ont en effet été reportées mardi en raison du coronavirus. Ces deux duels devraient être reprogrammées à une date ultérieure, "si cela est possible", a toutefois précisé la FIH. (Belga)