Le Tour du Limousin proposait une 2e étape difficile, mercredi, avec 2400 mètres d'ascension dont trois montées de 2e catégorie et une arrivée en montée de 1,5 kilomètre à 5,1%, taillée pour les punchers. Après un début de course rapide, la vitesse moyenne atteignant 46,9 km/h dans la première heure, un groupe composé de Miguel Edoardo Florez, Flavien Maurelet, Unai Iribar, Daniel Savini et Kinfe Hailemichael se détachait du peloton aux alentours du 50e kilomètre Maurelet allait finalement être dépassé par le rythme à l'avant, mais Stéphane Rossetto faisait la jonction à 70 kilomètres de l'arrivée. Il s'en allait ensuite tout seul, 10 kilomètres plus tard, mais le peloton contrôlait la poursuite et reprenait le fuyard à 30 kilomètres de l'arrivée. Anthony Perez tentait ensuite d'accélérer dans la 3e montée du jour et emmenait Benoît Cosnefroy et Franck Bonnamour avec lui. Thibaut Pinot et Christophe Laporte les rejoignaient ensuite, ainsi que plusieurs autres coureurs. Dans un final excitant, un groupe de six coureurs parvenait finalement à prendre le large: Sebastien Reichenbach, Dorian Godon, Urko Berrade, Franck Bonnamour, Warren Barguil et Pierre-Luc Périchon. Barguil tentait sa chance seul à 2 kilomètres de l'arrivée, sans succès. Au sprint et en montée, Godon se montrait le plus fort et arrachait sa 5e victoire professionnelle à 26 ans. Le coureur d'AG2R Citroën avait également remporté Paris-Camembert plus tôt cette saison, comme la saison passée, et le prologue des Boucles de la Mayenne à deux reprises, en 2018 et 2019. (Belga)

Le Tour du Limousin proposait une 2e étape difficile, mercredi, avec 2400 mètres d'ascension dont trois montées de 2e catégorie et une arrivée en montée de 1,5 kilomètre à 5,1%, taillée pour les punchers. Après un début de course rapide, la vitesse moyenne atteignant 46,9 km/h dans la première heure, un groupe composé de Miguel Edoardo Florez, Flavien Maurelet, Unai Iribar, Daniel Savini et Kinfe Hailemichael se détachait du peloton aux alentours du 50e kilomètre Maurelet allait finalement être dépassé par le rythme à l'avant, mais Stéphane Rossetto faisait la jonction à 70 kilomètres de l'arrivée. Il s'en allait ensuite tout seul, 10 kilomètres plus tard, mais le peloton contrôlait la poursuite et reprenait le fuyard à 30 kilomètres de l'arrivée. Anthony Perez tentait ensuite d'accélérer dans la 3e montée du jour et emmenait Benoît Cosnefroy et Franck Bonnamour avec lui. Thibaut Pinot et Christophe Laporte les rejoignaient ensuite, ainsi que plusieurs autres coureurs. Dans un final excitant, un groupe de six coureurs parvenait finalement à prendre le large: Sebastien Reichenbach, Dorian Godon, Urko Berrade, Franck Bonnamour, Warren Barguil et Pierre-Luc Périchon. Barguil tentait sa chance seul à 2 kilomètres de l'arrivée, sans succès. Au sprint et en montée, Godon se montrait le plus fort et arrachait sa 5e victoire professionnelle à 26 ans. Le coureur d'AG2R Citroën avait également remporté Paris-Camembert plus tôt cette saison, comme la saison passée, et le prologue des Boucles de la Mayenne à deux reprises, en 2018 et 2019. (Belga)