Un résultat d'analyse anormal indique qu'une méthode ou une substance a priori interdite a été détectée sur base de l'échantillon. Cela n'entraîne pas systématiquement la sanction d'un athlète, puisque la découverte peut être couverte, par exemple, par une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques. Plusieurs échantillons aux résultats anormaux peuvent également se rapporter à une même personne. 79 athlètes ont cependant déjà été sanctionnés à la suite de ce programme de ré-analyses, indique le CIO, et il a permis d'écarter des JO de Rio 41 sportifs éligibles. Richard Budgett, directeur scientifique et médical du CIO, a souligné que le programme était "un bon exemple de toute la communauté antidopage travaillant ensemble". "Sans la pleine coopération du CIO, de l'AMA, des fédérations internationales et des agences nationales antidopage, nous n'aurions pas été capables de mettre sur pied un programme si réussi". Comme le programme de ré-analyse continue, en ce qui concerne les Jeux de Londres, d'autres résultats anormaux sont attendus dans les prochaines semaines et les prochains mois, a indiqué le CIO. Celui-ci rappelle que la ré-attribution des médailles retirées aux athlètes convaincus de dopage n'est pas automatique mais est décidée au cas par cas. (Belga)

Un résultat d'analyse anormal indique qu'une méthode ou une substance a priori interdite a été détectée sur base de l'échantillon. Cela n'entraîne pas systématiquement la sanction d'un athlète, puisque la découverte peut être couverte, par exemple, par une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques. Plusieurs échantillons aux résultats anormaux peuvent également se rapporter à une même personne. 79 athlètes ont cependant déjà été sanctionnés à la suite de ce programme de ré-analyses, indique le CIO, et il a permis d'écarter des JO de Rio 41 sportifs éligibles. Richard Budgett, directeur scientifique et médical du CIO, a souligné que le programme était "un bon exemple de toute la communauté antidopage travaillant ensemble". "Sans la pleine coopération du CIO, de l'AMA, des fédérations internationales et des agences nationales antidopage, nous n'aurions pas été capables de mettre sur pied un programme si réussi". Comme le programme de ré-analyse continue, en ce qui concerne les Jeux de Londres, d'autres résultats anormaux sont attendus dans les prochaines semaines et les prochains mois, a indiqué le CIO. Celui-ci rappelle que la ré-attribution des médailles retirées aux athlètes convaincus de dopage n'est pas automatique mais est décidée au cas par cas. (Belga)