1. "Je veux avoir le ballon pendant nonante minutes. Si je n'ai pas le ballon, je vais presser haut parce que je veux toujours le ballon. (Pep Guardiola)

DOMINIK THALHAMMER : "Tout d'abord, nous n'avons pas de problème si nous n'avons pas le ballon, parce que nous sommes une équipe qui, non seulement presse le plus possible, mais qui cherche aussi à récupérer le ballon le plus rapidement possible. Pas pour avoir le ballon et construire, mais pour marquer le plus rapidement possible après l'avoir récupéré. On veut se créer une occasion en sept, huit, neuf secondes. La saison dernière, nous étions l'équipe qui pressait le plus en Belgique. L'étape suivante consiste à être l'une des meilleures équipes dans le jeu de transition. Nous pouvons nous améliorer dans ce domaine, c'est pourquoi nous travaillons actuellement très dur sur ce type de détails. Ne regarder que le résultat est superficiel. Nous examinons également le processus et mesurons l'amélioration et la qualité de notre jeu à l'aide des KPI (Key Performance Indicators), les indicateurs clés de performance. Par exemple : "combien de temps a-t-il fallu pour récupérer le ballon et combien de temps a-t-il fallu ensuite pour tenter de marquer un but". De nombreuses équipes en Belgique jouent avec un système de marquage individuel. Ce que nous faisons est très différent. Nous avons une équipe très jeune et nous n'avons pas les qualités individuelles des meilleurs clubs, nous devons être forts collectivement et continuer à progresser sur cet aspect."

2. "L'argent n'est pas une garantie de succès". (José Mourinho)

THALHAMMER : "Non. Je pense que cela aide à augmenter votre probabilité de victoire. Mais avant tout, il faut aussi définir ce que vous entendez par succès. Pour Mourinho, c'est juste gagner des titres, je pense. Pour moi, la réussite, c'est aussi le développement des personnes. La vision est très importante pour une équipe et pour moi c'est : qu'est-ce qui motive les joueurs à venir ici tous les jours ? L'argent, bien sûr, mais il y a encore autre chose. Chez nous, c'est la volonté d'être la meilleure équipe de pressing et la meilleure équipe dans le jeu de transition. Ça doit être difficile pour nos adversaires de jouer contre nous."

3. "De nos jours, il est de bon ton de demander l'avis de tout le monde. Les soi-disant experts. Peu importe qu'ils sachent vraiment ce qui se passe ou non. Tant qu'ils disent quelque chose. (Willem van Hanegem)

THALHAMMER : "Je comprends aussi ces soi-disant experts : ils doivent faire les gros titres et générer de l'attention ou du spectacle. Lors des conférences de presse, j'ai l'impression que presque personne ne s'intéresse aux détails du match. Vous devez gérer cela en tant qu'entraîneur et je le fais mieux maintenant qu'au début. J'évite les médias sociaux, car ils sont souvent très brutaux, ce qui peut aussi être gênant pour votre famille qui doit parfois en assumer les conséquences. Ils peuvent vraiment vous "tuer" en ligne. Je pense que c'est un problème social, car on constate le même phénomène en politique. En général, ils n'ont pas assez d'informations pour juger notre travail. Ce n'est pas parce que vous avez perdu que vous avez fait le mauvais choix et que la situation aurait été meilleure avec une tactique différente. Vous ne pouvez pas le prouver. Quoi qu'il en soit, vous essayez de prendre la meilleure décision avant et d'en tirer les leçons après."

DOMINIK THALHAMMER : "Tout d'abord, nous n'avons pas de problème si nous n'avons pas le ballon, parce que nous sommes une équipe qui, non seulement presse le plus possible, mais qui cherche aussi à récupérer le ballon le plus rapidement possible. Pas pour avoir le ballon et construire, mais pour marquer le plus rapidement possible après l'avoir récupéré. On veut se créer une occasion en sept, huit, neuf secondes. La saison dernière, nous étions l'équipe qui pressait le plus en Belgique. L'étape suivante consiste à être l'une des meilleures équipes dans le jeu de transition. Nous pouvons nous améliorer dans ce domaine, c'est pourquoi nous travaillons actuellement très dur sur ce type de détails. Ne regarder que le résultat est superficiel. Nous examinons également le processus et mesurons l'amélioration et la qualité de notre jeu à l'aide des KPI (Key Performance Indicators), les indicateurs clés de performance. Par exemple : "combien de temps a-t-il fallu pour récupérer le ballon et combien de temps a-t-il fallu ensuite pour tenter de marquer un but". De nombreuses équipes en Belgique jouent avec un système de marquage individuel. Ce que nous faisons est très différent. Nous avons une équipe très jeune et nous n'avons pas les qualités individuelles des meilleurs clubs, nous devons être forts collectivement et continuer à progresser sur cet aspect."THALHAMMER : "Non. Je pense que cela aide à augmenter votre probabilité de victoire. Mais avant tout, il faut aussi définir ce que vous entendez par succès. Pour Mourinho, c'est juste gagner des titres, je pense. Pour moi, la réussite, c'est aussi le développement des personnes. La vision est très importante pour une équipe et pour moi c'est : qu'est-ce qui motive les joueurs à venir ici tous les jours ? L'argent, bien sûr, mais il y a encore autre chose. Chez nous, c'est la volonté d'être la meilleure équipe de pressing et la meilleure équipe dans le jeu de transition. Ça doit être difficile pour nos adversaires de jouer contre nous."THALHAMMER : "Je comprends aussi ces soi-disant experts : ils doivent faire les gros titres et générer de l'attention ou du spectacle. Lors des conférences de presse, j'ai l'impression que presque personne ne s'intéresse aux détails du match. Vous devez gérer cela en tant qu'entraîneur et je le fais mieux maintenant qu'au début. J'évite les médias sociaux, car ils sont souvent très brutaux, ce qui peut aussi être gênant pour votre famille qui doit parfois en assumer les conséquences. Ils peuvent vraiment vous "tuer" en ligne. Je pense que c'est un problème social, car on constate le même phénomène en politique. En général, ils n'ont pas assez d'informations pour juger notre travail. Ce n'est pas parce que vous avez perdu que vous avez fait le mauvais choix et que la situation aurait été meilleure avec une tactique différente. Vous ne pouvez pas le prouver. Quoi qu'il en soit, vous essayez de prendre la meilleure décision avant et d'en tirer les leçons après."