"C'est difficile pour Lucas mais il a connu un bon tournoi", a ajouté Djokovic au sujet du Nordiste, pour la première fois dans le dernier carré en Grand Chelem. "Il possède les qualités pour être un membre du top 10. C'était sa première demie, la pression y est différente. Il aura l'occasion d'encore jouer de telles rencontres dans le futur." Après une saison 2017 et un début 2018 compliqués, le Serbe continue donc sur la lancée de sa fin de saison dernière, auréolée de titres à Wimbledon puis à l'US Open. "Il y un an, c'était assez improbable d'imaginer me retrouver où je suis aujourd'hui", a expliqué Djokovic, battu en huitièmes de finale en 2018 à Melbourne. "J'ai toujours cru en moi, cru que je pouvais encore jouer de cette manière. C'est la clé: faire confiance à ses qualités et au processus." Lucas Pouille, qui devrait s'afficher à la 17e place mondiale lundi, a reconnu la supériorité de son adversaire. "Je n'ai pas eu le temps de mettre ma stratégie en place. Le plan était d'être agressif, de mener le point. Mais quand il joue si près de la ligne de fond, c'est dur d'y parvenir", a dit le Français, battu en 1h23 à peine. "Je pense que Novak a joué de manière exceptionnelle, il était tout simplement trop bon", a dit Pouille, "heureux" de son tournoi. "Ce résultat va me donner beaucoup de confiance pour la suite de la saison et le tournoi de Montpellier, qui arrive déjà dans dix jours." Dimanche, la finale au sommet opposera donc Djokovic à l'Espagnol Rafael Nadal. Le Taureau de Manacor, 2e mondial, n'a pas encore perdu le moindre set de la quinzaine. Il est à la recherche d'un 2e titre à l'Open d'Australie après celui acquis 2009. Depuis lors, il a perdu à trois reprises en finale, dont une face à Djokovic. (Belga)

"C'est difficile pour Lucas mais il a connu un bon tournoi", a ajouté Djokovic au sujet du Nordiste, pour la première fois dans le dernier carré en Grand Chelem. "Il possède les qualités pour être un membre du top 10. C'était sa première demie, la pression y est différente. Il aura l'occasion d'encore jouer de telles rencontres dans le futur." Après une saison 2017 et un début 2018 compliqués, le Serbe continue donc sur la lancée de sa fin de saison dernière, auréolée de titres à Wimbledon puis à l'US Open. "Il y un an, c'était assez improbable d'imaginer me retrouver où je suis aujourd'hui", a expliqué Djokovic, battu en huitièmes de finale en 2018 à Melbourne. "J'ai toujours cru en moi, cru que je pouvais encore jouer de cette manière. C'est la clé: faire confiance à ses qualités et au processus." Lucas Pouille, qui devrait s'afficher à la 17e place mondiale lundi, a reconnu la supériorité de son adversaire. "Je n'ai pas eu le temps de mettre ma stratégie en place. Le plan était d'être agressif, de mener le point. Mais quand il joue si près de la ligne de fond, c'est dur d'y parvenir", a dit le Français, battu en 1h23 à peine. "Je pense que Novak a joué de manière exceptionnelle, il était tout simplement trop bon", a dit Pouille, "heureux" de son tournoi. "Ce résultat va me donner beaucoup de confiance pour la suite de la saison et le tournoi de Montpellier, qui arrive déjà dans dix jours." Dimanche, la finale au sommet opposera donc Djokovic à l'Espagnol Rafael Nadal. Le Taureau de Manacor, 2e mondial, n'a pas encore perdu le moindre set de la quinzaine. Il est à la recherche d'un 2e titre à l'Open d'Australie après celui acquis 2009. Depuis lors, il a perdu à trois reprises en finale, dont une face à Djokovic. (Belga)