Le Serbe a aussi rendu hommage au Japonais Kei Nishikori (ATP 19), sa victime en demi-finale. "C'est un joueur très rapide, qui enlève beaucoup de temps à l'adversaire. Je savais que si j'arrivais à tenir le rythme, j'aurais une chance de le gêner et de le pousser à la faute. C'est ce qui s'est passé. Dans les moments importants, j'ai bien servi. Je retournais bien, je mettais une pression constante sur lui, j'essayais de le faire bouger, de casser le rythme. J'ai fait un très, très bon match". L'Argentin Juan Martin del Potro (ATP 3), 29 ans, a remporté le tournoi en 2009, Djokovic en 2011 et 2015. "Je ne suis pas le favori de cette finale", admet Del Potro. "Mais je ne l'étais pas non plus contre Roger Federer il y a neuf ans. Je vais donc tenter de créer encore la surprise. Mais je suis déjà content d'être là. Je n'avais jamais pensé que j'aurais un jour une une autre chance de jouer une finale en Grand Chelem ici, dans mon tournoi préféré. Je ne savais même pas si je redeviendrais joueur de tennis. Mais c'est du passé, maintenant. Je ne m'attendais pas à revivre ce genre d'émotions : atteindre des finales, remporter des titres, obtenir le meilleur classement de ma carrière. Tout est presque parfait", s'est-il félicité. (Belga)

Le Serbe a aussi rendu hommage au Japonais Kei Nishikori (ATP 19), sa victime en demi-finale. "C'est un joueur très rapide, qui enlève beaucoup de temps à l'adversaire. Je savais que si j'arrivais à tenir le rythme, j'aurais une chance de le gêner et de le pousser à la faute. C'est ce qui s'est passé. Dans les moments importants, j'ai bien servi. Je retournais bien, je mettais une pression constante sur lui, j'essayais de le faire bouger, de casser le rythme. J'ai fait un très, très bon match". L'Argentin Juan Martin del Potro (ATP 3), 29 ans, a remporté le tournoi en 2009, Djokovic en 2011 et 2015. "Je ne suis pas le favori de cette finale", admet Del Potro. "Mais je ne l'étais pas non plus contre Roger Federer il y a neuf ans. Je vais donc tenter de créer encore la surprise. Mais je suis déjà content d'être là. Je n'avais jamais pensé que j'aurais un jour une une autre chance de jouer une finale en Grand Chelem ici, dans mon tournoi préféré. Je ne savais même pas si je redeviendrais joueur de tennis. Mais c'est du passé, maintenant. Je ne m'attendais pas à revivre ce genre d'émotions : atteindre des finales, remporter des titres, obtenir le meilleur classement de ma carrière. Tout est presque parfait", s'est-il félicité. (Belga)