"Je voulais d'abord terminer mes études", déclare Mauri Vansevenant, qui vient de décocher un bachelier en électromécanique. "L'école n'est pas compatible avec une vie de coureur pro. Je voulais d'abord avoir mon diplôme, c'était une exigence de ma part. Je suis plus confortable maintenant, ça me donne des certitudes pour le futur. Je finirai par en avoir besoin tôt ou tard". Mauri Vansevenant ne débarque pas en terre inconnue. Il a déjà eu l'occasion de faire connaissance avec le Wolfpack à plusieurs reprises, notamment lors du stage hivernal de Calpe. Le fils de l'ancien coureur Wim Vansevenant était devenu l'année dernière chez les espoirs le premier coureur belge à remporter le Tour du Val d'Aoste en 36 ans. Il avait aussi terminé 6e du Tour de l'Avenir, dont il a porté le maillot jaune pendant une journée. Il va rejoindre l'équipe Deceuninck-Quick-Step au stage de Val di Fassa du 6 au 23 juillet. (Belga)

"Je voulais d'abord terminer mes études", déclare Mauri Vansevenant, qui vient de décocher un bachelier en électromécanique. "L'école n'est pas compatible avec une vie de coureur pro. Je voulais d'abord avoir mon diplôme, c'était une exigence de ma part. Je suis plus confortable maintenant, ça me donne des certitudes pour le futur. Je finirai par en avoir besoin tôt ou tard". Mauri Vansevenant ne débarque pas en terre inconnue. Il a déjà eu l'occasion de faire connaissance avec le Wolfpack à plusieurs reprises, notamment lors du stage hivernal de Calpe. Le fils de l'ancien coureur Wim Vansevenant était devenu l'année dernière chez les espoirs le premier coureur belge à remporter le Tour du Val d'Aoste en 36 ans. Il avait aussi terminé 6e du Tour de l'Avenir, dont il a porté le maillot jaune pendant une journée. Il va rejoindre l'équipe Deceuninck-Quick-Step au stage de Val di Fassa du 6 au 23 juillet. (Belga)