L'Alostois de 35 ans a signé un chrono de 1:08.825 sur le vélodrome d'Izu, où les pistards de trois classes (C1,C2,C3) étaient engagés. La victoire est revenue au Chinois Li Zhangyu (C1). Celui-ci s'est imposé en 1:08.347 devant le Français Alexandre Leaute (C2/1:09.211) et le Britannique Jaco van Gass (C3/1:05.569). "Je suis le deuxième des coureurs de C3, donc si c'était le championnat du monde, j'aurais gagné l'argent, car il y a des classes séparées. C'est très positif pour mon moral. Dès le départ, j'ai poussé à fond et c'était le bon choix. Hier, j'étais déçu, mais aujourd'hui, je suis satisfait.", déclare Diederick Schelfhout, qui n'était pas parvenu à se qualifier pour la finale de la poursuite individuelle sur 3 km, signant le 5e temps des qualifications jeudi. Diederick Schelfhout, qui souffre d'un manque de puissance dans les membres à gauche suite à un accident de la route en 2008, avait pris la 12e place du kilomètre en contre-la-montre en 2016 à Rio, devenant vice-champion du monde dans la même ville en 2018 et 3e un an plus tard aux Mondiaux à Appeldoorn aux Pays-Bas. Il s'était classé 9e de la poursuite individuelle sur 3 km des Jeux de Rio. Le cycliste belge en a terminé avec la piste à Tokyo. Il va maintenant disputer les épreuves sur route, avec le contre-la-montre (C3) mardi et la course en ligne (C1-C3) jeudi. "Dans le contre-la-montre et la course sur route de la semaine prochaine, je vais simplement tout laisser venir à moi", dit l'Alostois sur le site du Paralympic Team Belgium. "La chaleur sera très décisive. Avec mon handicap (de graves brûlures, ndlr), je dois m'assurer de trouver le bon équilibre pour me calmer". (Belga)

L'Alostois de 35 ans a signé un chrono de 1:08.825 sur le vélodrome d'Izu, où les pistards de trois classes (C1,C2,C3) étaient engagés. La victoire est revenue au Chinois Li Zhangyu (C1). Celui-ci s'est imposé en 1:08.347 devant le Français Alexandre Leaute (C2/1:09.211) et le Britannique Jaco van Gass (C3/1:05.569). "Je suis le deuxième des coureurs de C3, donc si c'était le championnat du monde, j'aurais gagné l'argent, car il y a des classes séparées. C'est très positif pour mon moral. Dès le départ, j'ai poussé à fond et c'était le bon choix. Hier, j'étais déçu, mais aujourd'hui, je suis satisfait.", déclare Diederick Schelfhout, qui n'était pas parvenu à se qualifier pour la finale de la poursuite individuelle sur 3 km, signant le 5e temps des qualifications jeudi. Diederick Schelfhout, qui souffre d'un manque de puissance dans les membres à gauche suite à un accident de la route en 2008, avait pris la 12e place du kilomètre en contre-la-montre en 2016 à Rio, devenant vice-champion du monde dans la même ville en 2018 et 3e un an plus tard aux Mondiaux à Appeldoorn aux Pays-Bas. Il s'était classé 9e de la poursuite individuelle sur 3 km des Jeux de Rio. Le cycliste belge en a terminé avec la piste à Tokyo. Il va maintenant disputer les épreuves sur route, avec le contre-la-montre (C3) mardi et la course en ligne (C1-C3) jeudi. "Dans le contre-la-montre et la course sur route de la semaine prochaine, je vais simplement tout laisser venir à moi", dit l'Alostois sur le site du Paralympic Team Belgium. "La chaleur sera très décisive. Avec mon handicap (de graves brûlures, ndlr), je dois m'assurer de trouver le bon équilibre pour me calmer". (Belga)