Idriss Diallo est arrivé en tête avec 59 voix sur 130 exprimées, devant Sory Diabaté qui a obtenu 50 voix. Didier Drogba est troisième avec seulement 21 voix. Faute de majorité absolue, un second tour doit se tenir dans la foulée du premier, entre Idriss Diallo, haut dirigeant de la FIF dans les années 2000, et Sory Diabaté autre cadre de l'institution. Largement soutenu dans la population et, selon plusieurs observateurs, par la Confédération africaine de football (CAF) et la fédération internationale (FIFA), Didier Drogba n'a pas réussi à convaincre les présidents de clubs ivoiriens qui constituaient l'écrasante majorité des votants. Il lui a été reproché ces dernières semaines de ne pas assez connaître le football local et d'avoir fait une campagne à minima, sans labourer suffisamment le terrain. Cette élection est censée mettre fin à une longue crise de gouvernance à la tête de la FIF. Elle avait été maintes fois reportée depuis 2020, en raison d'un imbroglio sur le système de parrainage des candidats qui avait alors bloqué la candidature de Didier Drogba. La FIF avait été mise sous tutelle en décembre 2020 par la FIFA qui avait installé un "Comité de normalisation". (Belga)

Idriss Diallo est arrivé en tête avec 59 voix sur 130 exprimées, devant Sory Diabaté qui a obtenu 50 voix. Didier Drogba est troisième avec seulement 21 voix. Faute de majorité absolue, un second tour doit se tenir dans la foulée du premier, entre Idriss Diallo, haut dirigeant de la FIF dans les années 2000, et Sory Diabaté autre cadre de l'institution. Largement soutenu dans la population et, selon plusieurs observateurs, par la Confédération africaine de football (CAF) et la fédération internationale (FIFA), Didier Drogba n'a pas réussi à convaincre les présidents de clubs ivoiriens qui constituaient l'écrasante majorité des votants. Il lui a été reproché ces dernières semaines de ne pas assez connaître le football local et d'avoir fait une campagne à minima, sans labourer suffisamment le terrain. Cette élection est censée mettre fin à une longue crise de gouvernance à la tête de la FIF. Elle avait été maintes fois reportée depuis 2020, en raison d'un imbroglio sur le système de parrainage des candidats qui avait alors bloqué la candidature de Didier Drogba. La FIF avait été mise sous tutelle en décembre 2020 par la FIFA qui avait installé un "Comité de normalisation". (Belga)