En tête du classement des buteurs, le Mouscronnois relativise : l'objectif reste avant tout le maintien.

Ca fait quoi d'être le meilleur buteur du championnat ?

Abdoulaye Diaby : "Je me remets chaque jour en question, mais ça, typiquement, ça me donne envie de travailler encore plus. Le plus dur quand on est bien, c'est d'y rester. Je me dis qu'il ne faut pas que je me relâche, parce que cela peut aller très vite. Être meilleur buteur, ce serait super, mais à la base ce n'était pas un objectif. Bon, on ne va pas se mentir, logiquement je me mets de plus en plus à y penser, mais il reste encore du chemin à faire".

Quand on regarde la période creuse traversée par Mouscron ces dernières semaines, on constate qu'elle correspond à votre stérilité devant le but. 1 petit but en 6 matches et 1 point sur 18. Par contre, depuis que vous marquez à nouveau, Mouscron revit. Il y a de quoi prendre le melon, franchement.

"Ça se vérifie peut-être mathématiquement mais, honnêtement, je ne pense pas comme ça. Ce qui est sûr, c'est que j'apporte beaucoup à l'équipe et que l'équipe m'apporte beaucoup. Oui, on a eu un creux, mais on avait tellement démarré fort que c'était sans doute un passage obligé pour une équipe qui manque encore d'expérience. Je pense que ça part d'un manque de maturité".

Vous ne vous êtes pas vus trop beaux à un moment ?

"Je ne pense pas qu'on se soit vus trop beaux, parce qu'on a toujours dit qu'on visait le maintien et c'est toujours le cas aujourd'hui. On s'est retrouvés deuxième avant la première trêve, à ce moment-là, tout le monde nous a dit qu'on est les meilleurs, les plus beaux. C'est comme moi maintenant avec mon statut de meilleur buteur. Tout le monde va me dire que je suis le meilleur, alors que c'est faux".

Par Martin Grimberghs

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Abdoulaye Diaby dans votre Sport/Foot Magazine

En tête du classement des buteurs, le Mouscronnois relativise : l'objectif reste avant tout le maintien. Ca fait quoi d'être le meilleur buteur du championnat ?Abdoulaye Diaby : "Je me remets chaque jour en question, mais ça, typiquement, ça me donne envie de travailler encore plus. Le plus dur quand on est bien, c'est d'y rester. Je me dis qu'il ne faut pas que je me relâche, parce que cela peut aller très vite. Être meilleur buteur, ce serait super, mais à la base ce n'était pas un objectif. Bon, on ne va pas se mentir, logiquement je me mets de plus en plus à y penser, mais il reste encore du chemin à faire". Quand on regarde la période creuse traversée par Mouscron ces dernières semaines, on constate qu'elle correspond à votre stérilité devant le but. 1 petit but en 6 matches et 1 point sur 18. Par contre, depuis que vous marquez à nouveau, Mouscron revit. Il y a de quoi prendre le melon, franchement. "Ça se vérifie peut-être mathématiquement mais, honnêtement, je ne pense pas comme ça. Ce qui est sûr, c'est que j'apporte beaucoup à l'équipe et que l'équipe m'apporte beaucoup. Oui, on a eu un creux, mais on avait tellement démarré fort que c'était sans doute un passage obligé pour une équipe qui manque encore d'expérience. Je pense que ça part d'un manque de maturité".Vous ne vous êtes pas vus trop beaux à un moment ?"Je ne pense pas qu'on se soit vus trop beaux, parce qu'on a toujours dit qu'on visait le maintien et c'est toujours le cas aujourd'hui. On s'est retrouvés deuxième avant la première trêve, à ce moment-là, tout le monde nous a dit qu'on est les meilleurs, les plus beaux. C'est comme moi maintenant avec mon statut de meilleur buteur. Tout le monde va me dire que je suis le meilleur, alors que c'est faux".Par Martin GrimberghsRetrouvez l'intégralité de l'interview d'Abdoulaye Diaby dans votre Sport/Foot Magazine