"Nous sommes venus pour faire le travail, être professionnels, prendre les trois points. Nous l'avons fait", a commencé Martinez, qui avait opté pour un trio offensif inédit formé par Adnan Januzaj, Michy Batshuayi et Divock Origi. "La première mi-temps n'était pas celle qu'on attendait. Et le premier à blâmer, c'est moi. Je n'ai pas mis les joueurs dans les bonnes conditions. Ils se sont sentis frustrés. Saint-Marin a bien défendu, avec une bonne organisation. Parfois tu viens à Saint-Marin et tu marques dès la première minute, mais tu n'apprends rien. Aujourd'hui, nous avons appris quelque chose", a poursuivi Martinez. "Je voulais faire quelque chose de différent, nous n'avons pas réussi à développer le jeu que nous voulions. Ce n'est pas une question de mentalité, elle était bonne, mais de joueurs aux bonnes places. La chose la plus dure au Mondial c'était de réduire la liste à 23. Aujourd'hui, j'ai eu des informations par rapport à cela. En équipe nationale, on ne sélectionne pas nécessairement les joueurs les plus talentueux, mais ceux qui rendent l'équipe plus forte." Même si les Diables Rouges ont mis plus de temps qu'attendu pour ouvrir le score, Martinez ne s'est pas inquiété en voyant les minutes défiler. "Mon travail c'est d'aider les joueurs et l'équipe à gagner. Nous avons déjà été dans cette situation, nous avons de l'expérience. Je félicite Saint-Marin pour l'énergie mise en première mi-temps, mais un match dure 90 minutes et on a fait de notre mieux en deuxième période", a conclu Martinez. (Belga)